Diamantaire braqué: un suspect arrêté en Algérie

BanditismeCe Français radicalisé a été arrêté suite à une vidéo diffusée sur YouTube et à ses propos tenus sur Facebook.

En plus de l’appel à témoins diffusé sur YouTube, c’est notamment sur la base de ses positions en faveur de l’État islamique que le suspect a été repréré sur les réseau sociaux.

En plus de l’appel à témoins diffusé sur YouTube, c’est notamment sur la base de ses positions en faveur de l’État islamique que le suspect a été repréré sur les réseau sociaux. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un diamantaire genevois a été victime il y a un an d’un braquage particulièrement violent dans le canton. Comme le révélait mercredi Le Parisien, un suspect se retrouve actuellement sous les verrous en Algérie grâce à une vidéo diffusée sur YouTube. Le journal français précise d’emblée qu’il s’agit de N., 30 ans, un malfaiteur radicalisé, interpellé le 13 février à Maghnia, une ville proche de la frontière marocaine. Ce Franco-Algérien est soupçonné d’avoir dérobé 15 millions d’euros de diamants lors de l’agression et de la séquestration du diamantaire, le 13 mars 2017 à Genève.

Mousse d’extincteur

«Le Ministère public (ndlr: la première procureure Gaëlle Van Hove) a délivré le 7 février une commission rogatoire en Algérie en vue d’entendre un prévenu, auteur présumé du brigandage», explique le porte-parole du pouvoir judiciaire, Henri Della Casa. Selon ses informations, cet individu a été arrêté par les autorités algériennes et placé en détention dans l’ancienne colonie française. L’enquête se poursuit. Le soir du hold-up, trois hommes encagoulés et armés surprennent le bijoutier genevois à son domicile, à Cologny. Sous la menace d’un pistolet et d’une grenade, ils obligent la victime à leur ouvrir les portes de sa société au centre-ville. Les braqueurs la forcent ensuite à ouvrir ses coffres-forts et s’emparent d’une importante quantité de petits diamants blancs, taillés pour le sertissage. Les malfrats couvrent les lieux de mousse d’extincteur pour effacer leurs traces, précise Le Parisien. Une fois leur butin empoché, ils ligotent et bâillonnent le diamantaire avant de le conduire dans la campagne et de l’abandonner dans le coffre de sa voiture. Il parvient à se libérer de ses liens avant de donner l’alerte.

Une vidéo et des coups de fil

La Brigade de répression du banditisme commence les investigations avec des maigres informations, à savoir que les braqueurs parlent français et qu’ils ont pris la fuite à bord d’une Citroën C4 bleu foncé immatriculée en France. Les inspecteurs genevois se rapprochent de leurs collègues belges qui se sont spécialisés depuis 2011 dans la réalisation d’appel à témoins vidéo sur YouTube. Le petit film est largement relayé par les médias. Après la diffusion de ces images, les policiers reçoivent plusieurs coups de fil intéressants. Ils désignent N. comme étant l’homme au visage grêlé qu’on voit sur la vidéo.

Le journal français précise que N., originaire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), fait aussi l’objet d’une fiche S et intéressait les enquêteurs du renseignement intérieur français. N. est connu pour de petits délits, violences, menaces, port d’armes prohibé. Il est aussi soupçonné d’être impliqué dans plusieurs affaires criminelles non élucidées en France.

Se sachant recherché, N. se réfugie dans la ville de sa famille en Algérie. Il y aurait investi son argent sale dans de l’immobilier et des commerces. Toujours d’après Le Parisien, il publie par ailleurs sur un compte Facebook, ouvert sous une fausse identité, ses opinions en faveur de l’État islamique, des déclarations du chef de celui-ci, Abou Bakr al-Baghdadi, et affiche des positions antisémites ainsi que des textes incitant au djihad et aux attentats terroristes.

Jugé dans son pays?

Ces opinions attirent l’attention des autorités et la police l’arrête à son domicile sur la base du mandat d’arrêt international helvétique. Comme l’Algérie n’extrade pas ses ressortissants, il pourrait être jugé sur place pour l’affaire du braquage genevois.

Créé: 21.02.2018, 21h05

Articles en relation

Images vidéo d’un braquage diffusées: une première

Genève Une vidéo sur le braquage d’un diamantaire genevois commis en mars est divulguée par la police. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...