Village sportif et marché de Noël font podium commun aux Bastions

Course de l’EscaladeCe mariage, forcé par le calendrier, réussit la prouesse de métamorphoser les Bastions. On courra ce week-end dans un décor vraiment féerique.

Village de Noël aux abords de la dernière ligne droite filant vers l’arrivée.

Village de Noël aux abords de la dernière ligne droite filant vers l’arrivée. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parc des Bastions comme vous ne l’avez jamais vu: un vrai village dans la ville. L’un est sportif, l’autre descend de la montagne. Pendant deux longues semaines, ils auront appris à grandir ensemble, à se partager l’espace, à échanger leur pas-de-porte. Le rendu final a beaucoup d’allure.

Que l’on court ou non l’Escalade, il faut aller voir cette métamorphose à entrées multiples. Des chalets par dizaines – silhouettés comme des cabines de plage à l’ancienne –, des tentes de toile blanche aux gabarits impressionnants, à un jet de boule de Noël de ce marché à venir mais déjà construit.

Sapins enguirlandés

Partout poussent des sapins enguirlandés. Les participants qui, tout au long du week-end, laisseront leur sueur et leurs crachats sur la promenade des Bastions auront un peu l’impression de courir en forêt. C’est beau et réussi; ce fut long et laborieux. Une épine dans le pied du coureur, ce marché de Noël voulu par la Municipalité? Pire: «Une poutre dans la tête», glisse un observateur lucide de ce double élan bâtisseur, confiné dans un espace qui n’est tout de même pas Central Park.

Venir en avance

Reste maintenant à vérifier si, dans les marges qui se sont resserrées, les flux annoncés trouveront leur chemin sans entraves, entre passerelles surplombantes et parcours rigoureusement définis. La meilleure façon d’en faire l’expérience consiste à prendre un peu d’avance sur son emploi du temps sportif du week-end.

Conseil renouvelé des organisateurs: être à la bonne heure au bon endroit. Même échelonnés sur deux jours, les départs se succéderont à un rythme soutenu et minuté. Les plus prévoyants montrent l’exemple, ce vendredi déjà, au moment attendu du retrait des dossards. Avant midi, la queue s’allonge sous la grande tente. Kay, la doyenne des bénévoles, est aux affaires sous le panneau des dernières lettres de l’alphabet.

«C’est ma 41e édition, je n’en ai manqué aucune. Au début, la distribution se faisait en plein air, dans la cour du Collège Calvin; j’avais les mains gelées et les fesses brûlantes, rigole-t-elle, le chauffage d’appoint était situé juste derrière nous.» Aujourd’hui, il tempère équitablement ce temple monté au pied du mur des Réformateurs.

Eclairage artistique

Effervescence populaire, un défilé ininterrompu entre les stands d’équipementiers. On souhaite le même engouement, dès jeudi 6 décembre, pour le marché de Noël. La jonction entre les deux se fait dans les arbres. Cet éclairage artistique fera briller le pavé. Il promet d’être mouillé, le pavé. Attention aux glissades dans les virages en dévers de la Vieille-Ville. Particulièrement celui, décisif, débouchant sur la pente, également pavée, de la rue de la Tertasse. Les embardées sont notoires à cet endroit.

Météo inégale

La météo dominicale pourrait se montrer un poil contrariante. Possible que les champions se disputent les premières places sous un tenace crachin breton. La température, elle, sera froide, sans être glaciale. L’ennemi juré des organisateurs, mais pas des photographes, c’est la neige. Rien ne l’annonce. Il devrait même y avoir du soleil si les «nuages épars» veulent bien lui faire de la place au-dessus des Bastions. (TDG)

Créé: 30.11.2018, 18h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...