«Les Suisses sont complices sans le savoir des guerres»

Initiative contre le commerce de guerreYouniss Moussa, le secrétaire romand du Groupe suisse sans armée, explique le lancement d'une initiative fédérale contre le financement indirect du matériel de guerre.

Youniss Moussa, le secrétaire romand du Groupe suisse sans armée, a lancé ce mardi à Berne l'initiative fédérale  «contre le commerce de guerre».

Youniss Moussa, le secrétaire romand du Groupe suisse sans armée, a lancé ce mardi à Berne l'initiative fédérale «contre le commerce de guerre». Image: Arthur Grosjean

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Groupe suisse sans armée (GSsA) repart au combat. Avec plusieurs organisations et partis comme le PS et les Verts, il a lancé ce mardi matin à Berne une nouvelle initiative fédérale. Elle demande l'interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre. Interview du secrétaire romand du GSsA, Youniss Moussa.

– Quelle est l'urgence de lancer cette initiative?

– L'urgence, c'est que les Suisses ne savent pas que leur argent est investi dans des guerres dans le monde. Nous voulons faire en sorte que la Banque nationale suisse et les caisses de pension ne puissent plus financer le commerce de guerre. En 2016, la première a investi pour 800 millions de dollars dans la production d'armes nucléaires. Quant aux caisses de pensions, elle le font à hauteur de 4 à 12 milliards. Nous voulons interdire ce financement. Moins il y a d'armes dans les conflits et moins il y a de morts et de populations obligées de fuir leur pays.

– Vous dites que la Suisse est complice des guerres et de l'exode des populations. Vous ne poussez pas le bouchon un peu loin?

– Non. Le financement de l'armement est clairement ce qui permet l'exportation du matériel de guerre. On retrouve des armes suisses dans divers conflits. On a retrouvé des grenades suisses dans les mains de l'Etat islamique, des tanks qu'on a vendu à des dictatures dans les mains d'Al-Qaïda au Maghreb islamique. Nous avons un impact dans ces guerres.

– Imaginons que votre initiative passe. Les conflits sur la planète vont-ils vraiment diminuer? L'initiative n'aura que peu d'effets.

– Nous voulons positionner la Suisse comme pays exemplaire, comme un pays au service de la paix. Aujourd'hui on contrôle des élections à travers le monde, on développe des programmes humanitaires, on accueille de nombreuses réunions internationales pour apaiser les conflits. On ne peut pas tenir un double discours, c'est à dire accueillir des pays pour discuter de paix à Genève ou Montreux et, en même temps, vendre des armes aux deux parties en conflit. Malheureusement aujourd'hui, c'est le profit qui commande.

Créé: 11.04.2017, 12h31

Articles en relation

GSsA: une tagueuse de 86 ans arrêtée par la police

Berne A l'occasion du lancement de la récolte de signatures pour l'initiative populaire du Groupe pour une Suisse sans Armée, une militante quasi nonagénaire a été embarquée par la police. Plus...

Initiative lancée contre le commerce de guerre

Armement L'assemblée annuelle du groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) a décidé dimanche à Soleure de lancer un texte pour interdire les investissements dans l'industrie d'armement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...