Passer au contenu principal

Des stèles juives profanées dans un cimetière

Le président du Conseil juif central s'est dit «très en colère» après la profanation de stèles funéraires dans le cimetière de Nikéa, près d'Athènes. Une enquête a été ouverte.

Photos publiées sur la page Facebook du président du Conseil juif central (KIS), Minos Moïssis.
Photos publiées sur la page Facebook du président du Conseil juif central (KIS), Minos Moïssis.
DR

La police grecque a annoncé samedi avoir ouvert une enquête après la profanation la veille par des inconnus de stèles funéraires juives dans le cimetière de Nikéa, dans la banlieue sud-ouest d'Athènes.

«Des stèles funéraires en marbre ont été endommagées dans la partie juive du cimetière de Nikéa», a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police, sans donner plus d'informations. Des photos publiées sur la page Facebook du président du Conseil juif central (KIS) Minos Moïssis, qui s'est dit «très en colère», montrent au moins deux stèles commémoratives cassées.

Les profanations, souvent par des membres de l'extrême droite, de tombes juives ou de monuments érigés à la mémoire des réfugiés surviennent de façon récurrente en Grèce. En novembre dernier, des inconnus avaient versé de la peinture noire sur le monument érigé à Lesbos en mémoire des réfugiés noyés ces dernières années au large de cette île grecque alors qu'ils tentaient de traverser la mer Egée depuis la Turquie pour passer en Europe.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.