Passer au contenu principal

TerritoireLe sol suisse toujours plus grignoté

Une étude révèle que près de 40% des constructions se trouvent hors des zones à bâtir, en Suisse.

Les bâtiments consomment toujours plus de sol.
Les bâtiments consomment toujours plus de sol.
archive/photo d'illustration, Keystone

Le sol suisse est de plus en plus grignoté. Quelque 37% des constructions et des infrastructures se situent désormais hors zone à bâtir. Selon l'état des lieux publié vendredi par l'Office fédéral du développement territorial (ARE), la progression est notamment due aux bâtiments agricoles.

Ces bâtiments consomment toujours plus de sol. Avec les terrains attenants, ils sont responsables ces dernières années d'environ 40% de l'augmentation des surfaces d'habitat et d'infrastructure hors zone à bâtir.

Les infrastructures de transport comme les routes ou les chemins de fer ont en revanche sollicité moins de surface. Les nouveaux terrains construits hors des zones à bâtir continuent du coup d'augmenter, mais légèrement moins que dans les années 1980 et surtout moins que dans les années 1990.

5% vivent hors zone

Le nombre d'habitants hors zone à bâtir n'a cessé de diminuer ces dernières années, tant en chiffres absolus qu'en part de la population totale (5% actuellement). Près de 6% des quatre millions et demi de logements en Suisse se trouvent hors des périmètres prévus. Dans les communes rurales périphériques, largement plus de la moitié sont des résidences secondaires.

Les surfaces d'habitat et d'infrastructure s'étendent au détriment des terres cultivables, relève l'ARE. Et l'Office de souligner la nécessité de prendre des mesures efficaces contre la construction hors zone à bâtir.

Le National doit plancher en décembre sur une révision de la loi sur l'aménagement du territoire prévue à cet effet par le gouvernement. Sa commission préparatoire lui recommande de renvoyer sa copie à l'expéditeur.

L'ARE a exploité les résultats partiels de la statistique de la superficie 2013/18 de l'Office fédéral du la statistique. Celle-ci se fonde sur l'évaluation d'environ deux tiers de la surface du territoire suisse.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.