Passer au contenu principal

TechnologieRuag affiche une légère baisse de son bénéfice

Malgré une baisse du bénéfice, l'ex-régie fédérale a réalisé un bon chiffre d'affaire.

Keystone

Ruag a vu son bénéfice net légèrement régresser de 0,6% en 2016, à 116 millions de francs, notamment à cause d'un taux d'imposition plus élevé et de performances moindres dans les filiales. Le groupe de défense et d'aéronautique a en revanche amélioré sa rentabilité opérationnelle et ses recettes.

Le groupe technologique bernois a notamment augmenté son chiffre d'affaires de 6,5%, à 1,86 milliard de francs. Son résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a atteint 151 millions, en progression de 10,4%. Et ses entrées de commande ont bondi de 11,4% à 2,04 milliards.

Les cinq divisions - Space, Aerostructures, Aviation, Ammotec et Defence - ont toutes été rentables et ont contribué au résultat positif du groupe, informe encore l'entreprise.

Plus de ventes en Europe

«Sur le plan économique, 2016 a été une excellente année pour Ruag. La mise en oeuvre de la stratégie de croissance repose essentiellement sur les activités civiles», assure le directeur général du groupe Urs Breitmeier, cité dans le communiqué.

Les domaines civils ont en effet augmenté leur contribution aux recettes totales de la firme à 57%, contre 55% auparavant. Et le Département fédéral de la défense (DDPS) reste sans surprise le principal client de Ruag, avec une part de 31% du chiffre d'affaires. Un pourcentage toutefois en baisse.

La part de l'international s'est de son côté accrue pour atteindre 63%, soit un point de plus que l'année précédente. Les ventes ont augmenté de deux points à 46% en Europe et d'un point à 4% dans la région Asie/Pacifique, alors qu'elles se sont rétractées d'un point en Amérique du Nord, passant de 12% à 11%.

Tolérance zéro pour la corruption

Lors de la conférence de bilan, le directeur général est en outre revenu sur la vaste attaque informatique, dont l'entreprise a fait l'objet. Survenue dès 2014, l'attaque n'avait été révélée qu'en juin dernier. M. Breitmeier a reconnu que «cela a été un coup dur», mais il a estimé qu'elle n'a pas affecté la crédibilité du groupe.

Au contraire, Ruag peut désormais se baser sur sa propre expérience, ce qui est apprécié par les clients, selon son patron. «Aujourd'hui, personne ne peut exclure d'être attaqué par le biais d'internet».

Urs Breitmeier s'est également expliqué sur les manquements en matière de conformité et de réputation, révélés en février par un audit mené par le Contrôle fédéral des finances (CDF) entre mai et juin 2016. Celui-ci était arrivé à la conclusion que l'entreprise, détenue à 100% par la Confédération, était trop exposée à des risques de corruption ou de violations des dispositions internationales.

Le directeur général a rappelé que Ruag a depuis engagé une personne pour s'occuper spécifiquement de cette problématique et que tous les contrats d'agence faisaient l'objet d'une révision. «Je pense que nous avons beaucoup fait, mais la thématique va encore nous occuper quelque temps», a-t-il ajouté, soulignant que Ruag appliquait un principe de «tolérance zéro» par rapport à la corruption.

Croissance prévue

Urs Breitmeier s'est par ailleurs dit convaincu «d'atteindre une bonne croissance ces prochaines années, au vu des bonnes entrées de commandes et des contrats cadres existants». Dans son communiqué, le groupe avait précisé que «celle-ci sera probablement atteinte surtout sur le marché civil et hors de Suisse».

Le conseil d'administration propose en outre de reverser un dividende inchangé de 47 millions de francs, représentant un peu plus de 40% du bénéfice net.

A la fin de l'exercice 2016, Ruag employait 8734 collaborateurs, soit 571 personnes de plus que l'année passée. Quelque 110 postes ont été créés en Suisse.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.