Passer au contenu principal

Le président affirme qu'il ne démissionnera pas

Le chef de l'Etat chilien a exclu, dans une interview à la BBC, tout départ du pouvoir comme réponse à la crise qui secoue son pays.

Il reconnaît qu'il est «responsable d'une partie» des «problèmes qui se sont accumulés depuis 30 ans» mais exclut de démissionner : en cette troisième semaine de contestation au Chili, le président Sebastian Piñera s'est dit ouvert à la discussion et n'écarte pas une réforme de la Constitution.

Dix-huit jours après le début d'une fronde sociale inédite qui a fait 20 morts dans ce pays considéré jusqu'à récemment comme un des plus stables d'Amérique latine, la mobilisation ne faiblit pas. Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus lundi dans les rues, donnant lieu à de violents affrontements avec les forces de l'ordre. Mardi, quelque 2000 personnes se sont rassemblées sur la Plaza Italia, dans la capitale, selon la municipalité de Santiago, où de légers incidents ont été rapportés.

De violents affrontements ont eu lieu vendredi entre protestataires et forces de l'ordre à Santiago. (Samedi 7 mars 2020)
De violents affrontements ont eu lieu vendredi entre protestataires et forces de l'ordre à Santiago. (Samedi 7 mars 2020)
Keystone
Deux manifestations ont été organisées à Santiago l'une favorable à l'adoption d'une nouvelle Constitution et l'autre réclamant le maintien de celle en vigueur au Chili, confronté à une grave crise sociale. (Dimanche 16 janvier 2020)
Deux manifestations ont été organisées à Santiago l'une favorable à l'adoption d'une nouvelle Constitution et l'autre réclamant le maintien de celle en vigueur au Chili, confronté à une grave crise sociale. (Dimanche 16 janvier 2020)
AFP
Une trentaine de personnes ont été tuées depuis le début de la crise il y a trois mois, en majorité dans des incendies. (Samedi 1er février 2020)
Une trentaine de personnes ont été tuées depuis le début de la crise il y a trois mois, en majorité dans des incendies. (Samedi 1er février 2020)
AFP
La contestation a démarré en octobre suite à l'augmentation du prix du billet de métro. (Samedi 1er février 2020)
La contestation a démarré en octobre suite à l'augmentation du prix du billet de métro. (Samedi 1er février 2020)
AFP
Plusieurs milliers de Chiliens ont été blessées dans la répression des manifestations. (Samedi 1er février 2020)
Plusieurs milliers de Chiliens ont été blessées dans la répression des manifestations. (Samedi 1er février 2020)
AFP
Des manifestants protestent contre la mort d'un supporteur de football qui a été tué mardi à Santiago, renversé par un camion de police lors d'affrontements avec les forces de l'ordre. (Mercredi 29 janvier 2020)
Des manifestants protestent contre la mort d'un supporteur de football qui a été tué mardi à Santiago, renversé par un camion de police lors d'affrontements avec les forces de l'ordre. (Mercredi 29 janvier 2020)
Une journaliste reconnue, un célèbre guitariste, une victime d'une affaire de pédophilie dans l'Église: plusieurs personnalités ont annoncé lundi la création d'un nouveau parti pour défendre un changement de Constitution. (20 janvier 2019)
Une journaliste reconnue, un célèbre guitariste, une victime d'une affaire de pédophilie dans l'Église: plusieurs personnalités ont annoncé lundi la création d'un nouveau parti pour défendre un changement de Constitution. (20 janvier 2019)
AFP
Des milliers de manifestants ont affronté vendredi les forces de l'ordre lors d'une manifestation à Santiago,. Le mouvement de contestation sociale qui secoue le pays depuis le 18 octobre a fait 26 morts et des milliers de blessés. (Vendredi 27 décembre 2019)
Des milliers de manifestants ont affronté vendredi les forces de l'ordre lors d'une manifestation à Santiago,. Le mouvement de contestation sociale qui secoue le pays depuis le 18 octobre a fait 26 morts et des milliers de blessés. (Vendredi 27 décembre 2019)
AFP
Le président du Chili Sebastian Piñera a promulgué lundi au palais présidentiel de Santiago la loi permettant la tenue d'un référendum sur un changement de Constitution. (Lundi 23 décembre 2019)
Le président du Chili Sebastian Piñera a promulgué lundi au palais présidentiel de Santiago la loi permettant la tenue d'un référendum sur un changement de Constitution. (Lundi 23 décembre 2019)
De violents affrontements entre policiers et manifestants ont éclaté vendredi dans le centre de Santiago du Chili, selon des journalistes de l'AFP sur place. (20 décembre 2019)
De violents affrontements entre policiers et manifestants ont éclaté vendredi dans le centre de Santiago du Chili, selon des journalistes de l'AFP sur place. (20 décembre 2019)
AFP
La Constitution héritée de la dictature doit être remplacée, ont réclamé les Chiliens lors d'une consultation organisée dimanche. (15 décembre 2019)
La Constitution héritée de la dictature doit être remplacée, ont réclamé les Chiliens lors d'une consultation organisée dimanche. (15 décembre 2019)
AFP
L'ONU a dénoncé vendredi dans un rapport les «multiples violations des droits humains» commises par la police lors des manifestations au Chili. (Samedi 14 décembre 2019)
L'ONU a dénoncé vendredi dans un rapport les «multiples violations des droits humains» commises par la police lors des manifestations au Chili. (Samedi 14 décembre 2019)
AFP
Des milliers de manifestants ont défilé vendredi au Chili comme chaque semaine depuis le 18 octobre. (6 décembre 2019)
Des milliers de manifestants ont défilé vendredi au Chili comme chaque semaine depuis le 18 octobre. (6 décembre 2019)
AFP
Le parlement chilien a approuvé un projet de loi du gouvernement augmentant jusqu'à 50% le minimum vieillesse. (Jeudi 5 décembre 2019)
Le parlement chilien a approuvé un projet de loi du gouvernement augmentant jusqu'à 50% le minimum vieillesse. (Jeudi 5 décembre 2019)
Keystone
Le gouvernement du Chili compte mettre plus de 5 milliards de dollars sur la table pour trouver une solution à la crise. (2 décembre 2019)
Le gouvernement du Chili compte mettre plus de 5 milliards de dollars sur la table pour trouver une solution à la crise. (2 décembre 2019)
AFP
Des dizaines de manifestants ont pris d'assaut mercredi un grand centre commercial à Santiago. (27 novembre 2019)
Des dizaines de manifestants ont pris d'assaut mercredi un grand centre commercial à Santiago. (27 novembre 2019)
AFP
Rien ne semble entamer la détermination des manifestants chiliens, 40 jours après le début d'un mouvement réclamant des mesures sociales qui tardent à se concrétiser. (Mardi 26 novembre 2019)
Rien ne semble entamer la détermination des manifestants chiliens, 40 jours après le début d'un mouvement réclamant des mesures sociales qui tardent à se concrétiser. (Mardi 26 novembre 2019)
AFP
Le gouvernement chilien a lancé vendredi un appel au calme. (Samedi 23 novembre 2019)
Le gouvernement chilien a lancé vendredi un appel au calme. (Samedi 23 novembre 2019)
Keystone
Pour Amnesty International, les forces de l'ordre ont mis en place une «politique pour punir» les manifestants. Le gouvernement chilien a rejeté ce rapport. (Vendredi 22 novembre 2019)
Pour Amnesty International, les forces de l'ordre ont mis en place une «politique pour punir» les manifestants. Le gouvernement chilien a rejeté ce rapport. (Vendredi 22 novembre 2019)
Keystone
La police chilienne a annoncé mardi suspendre l'utilisation de munitions controversées qui ont provoqué de graves lésions oculaires chez plus de 200 manifestants. (19 novembre 2019)
La police chilienne a annoncé mardi suspendre l'utilisation de munitions controversées qui ont provoqué de graves lésions oculaires chez plus de 200 manifestants. (19 novembre 2019)
AFP
Les Chiliens ont commémoré lundi les neuf mois de la contestation qui secoue le pays. (18 novembre 2019)
Les Chiliens ont commémoré lundi les neuf mois de la contestation qui secoue le pays. (18 novembre 2019)
AFP
Le président Sebastian Piñera a condamné dimanche pour la première fois les violences commises par la police depuis le début du mouvement de contestation. (17 novembre 2019)
Le président Sebastian Piñera a condamné dimanche pour la première fois les violences commises par la police depuis le début du mouvement de contestation. (17 novembre 2019)
AFP
En pleine crise sociale au Chili, plusieurs manifestations ont eu lieu jeudi pour commémorer la mort d'un jeune Indien mapuche tué il y a un an lors d'une opération policière dans le sud du pays.  (14 novembre 2019)
En pleine crise sociale au Chili, plusieurs manifestations ont eu lieu jeudi pour commémorer la mort d'un jeune Indien mapuche tué il y a un an lors d'une opération policière dans le sud du pays. (14 novembre 2019)
AFP
Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont une nouvelle fois descendus dans les rues mardi au Chili, une persistance de la crise sociale qui commence à peser sur l'économie du pays. (12 novembre 2019)
Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont une nouvelle fois descendus dans les rues mardi au Chili, une persistance de la crise sociale qui commence à peser sur l'économie du pays. (12 novembre 2019)
AFP
Le siège d'une université de Santiago a été incendié vendredi au cours de violents incidents en marge d'une grande marche pacifique. (Vendredi 8 novembre 2019)
Le siège d'une université de Santiago a été incendié vendredi au cours de violents incidents en marge d'une grande marche pacifique. (Vendredi 8 novembre 2019)
AFP
Les manifestations de contestation sociale qui durent depuis près de trois semaines au Chili et au cours desquelles 20 personnes ont été tuées se sont étendues mercredi aux quartiers aisés de la capitale Santiago. (6 novembre 2019)
Les manifestations de contestation sociale qui durent depuis près de trois semaines au Chili et au cours desquelles 20 personnes ont été tuées se sont étendues mercredi aux quartiers aisés de la capitale Santiago. (6 novembre 2019)
AFP
Le président chilien Sebastian Pinera a affirmé mardi qu'il n'allait pas démissionner malgré les violentes manifestations contre son régime qui secouent le pays. (5 novembre 2019)
Le président chilien Sebastian Pinera a affirmé mardi qu'il n'allait pas démissionner malgré les violentes manifestations contre son régime qui secouent le pays. (5 novembre 2019)
AFP
Un cocktail Molotov met le feu à une policière des forces anti-émeutes, à Santiago. (Chili, 4 novembre 2019)
Un cocktail Molotov met le feu à une policière des forces anti-émeutes, à Santiago. (Chili, 4 novembre 2019)
AFP
Une policière des forces anti-émeutes court alors que son équipement prend feu lors d'affrontements avec des manifestants, à Santiago. (Chili, 4 novembre 2019)
Une policière des forces anti-émeutes court alors que son équipement prend feu lors d'affrontements avec des manifestants, à Santiago. (Chili, 4 novembre 2019)
AFP
Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants pour la 3e semaine de contestations au Chili. (4 novembre 2019)
Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants pour la 3e semaine de contestations au Chili. (4 novembre 2019)
AFP
Troisième semaine de contestations au Chili. (4 novembre 2019)
Troisième semaine de contestations au Chili. (4 novembre 2019)
Keystone
Les manifestations dans la capitale chilienne ont été émaillées de nombreux incidents. (4 novembre 2019)
Les manifestations dans la capitale chilienne ont été émaillées de nombreux incidents. (4 novembre 2019)
Keystone
Une foule de plusieurs dizaines de milliers de personnes, parmi laquelle de nombreux étudiants, s'est rassemblée lundi soir à Santiago, sur la plaza Italia, lieu emblématique du mouvement de colère initié le 18 octobre.(Chili, 4 novembre 2019)
Une foule de plusieurs dizaines de milliers de personnes, parmi laquelle de nombreux étudiants, s'est rassemblée lundi soir à Santiago, sur la plaza Italia, lieu emblématique du mouvement de colère initié le 18 octobre.(Chili, 4 novembre 2019)
Keystone
Le mouvement social, débuté il y a plus de trois semaines, ne faiblit pas au Chili. (4 novembre 2019)
Le mouvement social, débuté il y a plus de trois semaines, ne faiblit pas au Chili. (4 novembre 2019)
Keystone
Le mouvement social, débuté il y a plus de trois semaines, ne faiblit pas au Chili. (4 novembre 2019)
Le mouvement social, débuté il y a plus de trois semaines, ne faiblit pas au Chili. (4 novembre 2019)
Keystone
Quelque  1305 personnes ont été blessées à ce jour lors des manifestations. (Chili, 4 novembre 2019)
Quelque 1305 personnes ont été blessées à ce jour lors des manifestations. (Chili, 4 novembre 2019)
Keystone
La crise sociale, provoquée le 18 octobre par une augmentation du prix du ticket de métro (depuis annulée), a fait 20 morts. (Chili, 4 novembre 2019)
La crise sociale, provoquée le 18 octobre par une augmentation du prix du ticket de métro (depuis annulée), a fait 20 morts. (Chili, 4 novembre 2019)
Keystone
1 / 39

Cible de nombreuses critiques, le chef de l'Etat, qui gardait le silence depuis plusieurs jours, a balayé l'éventualité d'une démission, que réclament de nombreux opposants. «J'irai jusqu'à la fin de mon mandat. J'ai été élu démocratiquement, par une large majorité de Chiliens, j'ai un devoir et un engagement envers mes électeurs et envers tous les Chiliens», a affirmé Sebastian Piñera, interrogé par la BBC.

Ouvert au dialogue

Après avoir commencé par réprimer la crise sociale, décrétant l'état d'urgence, faisant appel aux militaires et instaurant un couvre-feu, le président s'est dit mardi pour la première fois ouvert au dialogue. Les manifestations quotidiennes ont été émaillées d'échauffourées, de pillages et d'accusations de violences policières.

«Nous sommes disposés à discuter de tous les sujets, y compris une réforme de la Constitution», a-t-il déclaré après plusieurs jours sans annonce, un fait inhabituel pour ce dirigeant hyperactif et omniprésent. Approuvée en 1980 lors d'un référendum polémique sous la dictature, la Constitution a été rédigée pour garantir au régime d'Augusto Pinochet et aux partis conservateurs de conserver leur pouvoir, même une fois la dictature terminée en 1990.

Mardi, le président, ancien hommes d'affaires milliardaire, encore impuissant à calmer la colère de son peuple, a annoncé une série de mesures pour les PME affectées par la crise. Les 6800 entreprises concernées par les destructions, pillages et incendies depuis le début de la crise, devront bénéficier d'aides financières, d'assouplissements dans les paiements et de réductions d'impôts.

La finale de la Copa Libertadores déplacée

La crise a également affecté le peso qui a perdu mardi 1,8% - à 749 pesos pour un dollar - sa plus faible valeur depuis 2003, et les analystes estiment qu'il pourrait encore baisser. Selon un sondage de l'institut Criteria, 79% des Chiliens pensent en revanche que les manifestations «auront des conséquences positives».

Le président Piñera avait dû annoncer mercredi l'annulation du sommet de l'Apec (forum de coopération économique Asie-Pacifique) qui devait se tenir à Santiago les 16 et 17 novembre, et de la conférence de l'ONU sur le climat COP 25, également prévue dans la capitale en décembre. Ces deux événements auraient dû permettre au Chili et à son président, qui rêvait d'une poignée de main avec son homologue américain Donald Trump, de briller sur la scène internationale.

Nouvel accroc mardi: la Conmebol a annoncé le déplacement à Lima au Pérou de la finale de la Copa Libertadores de football, initialement prévue le 23 novembre à Santiago entre River Plate et Flamengo.

Autocritique

Sebastian Piñera, qui a dégringolé dans les sondages et affiche la popularité la plus basse depuis le retour de la démocratie en 1990, a concédé des erreurs et formulé des éléments d'autocritique. «Nous n'avons pas écouté avec suffisamment d'attention, nous n'avons pas compris clairement le message. Et ceci n'est pas une critique dirigée uniquement envers le gouvernement», a-t-il expliqué, parlant de «problèmes accumulés ces 30 dernières années». «J'assume ma responsabilité, mais je ne suis pas le seul», a-t-il ajouté, précisant qu'il pensait «augmenter les ressources» financières et «améliorer la qualité des politiques sociales».

Lundi, les rassemblements en divers endroits de Santiago et d'autres villes, comme Valparaiso et Viña del Mar, ont donné lieu à de violentes altercations entre manifestants et forces de l'ordre.

La crise sociale a commencé le 18 octobre après l'annonce d'une augmentation du ticket de métro, qui a été depuis annulée sans faire retomber la colère populaire. Révoltés par les inégalités sociales et une élite politique jugée totalement déconnectée du quotidien de la grande majorité des Chiliens, les manifestants réclament notamment une réforme du système de retraites et une révision de la Constitution, tous deux hérités de la période de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), ainsi que de profondes réformes du modèle économique ultralibéral chilien.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.