Pédagogue visionnaire, Peter Minten n’est plus

Carnet noirLe directeur du Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre de Genève est décédé des suites d’une longue maladie.

Peter Minten est décédé lundi. Il était âgé de 57 ans.

Peter Minten est décédé lundi. Il était âgé de 57 ans. Image: Steeve Iunker Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu’on franchissait la porte de son bureau, dans le beau siège du Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre (CPMDT), on retenait ceci tout d’abord: l’enthousiasme discret mais contagieux qui accompagnait tous ses propos et tout ce qu’il entreprenait. Ses mots pour éclairer un nouveau projet pédagogique, ses explications qui détaillaient l’importance de familiariser très tôt les élèves à l’art de l’improvisation – pour ne citer qu’un exemple – se doublaient toujours d’un sourire. Et d’un regard aussi, qui disait l’essentiel de l’énergie investie dans chaque aventure. Peter Minten avait cela pour lui, un sens de l’engagement. Ce trait a marqué en profondeur son long règne au sein d’une institution qu’il dirigeait depuis 2002 et qui compte aujourd’hui 4000 élèves. Le musicien et pédagogue accompli est décédé lundi des suites d’une longue maladie. Il était âgé de 57 ans.

Au sein du CPMDT, on souligne l’épaisseur humaine et la fibre visionnaire du disparu, et on déplore une perte incommensurable. «Peter était tout d’abord un grand optimiste, relève par téléphone Delphine Zarb, qui préside au conseil de fondation de l’institution. Il croyait en l’humain et il s’investissait sans compter dans sa mission. Sous sa direction, le Conservatoire a élargi ses activités, en développant sa mission pluridisciplinaire dans le domaine de la danse et du théâtre. Le Conservatoire a ainsi rayonné partout, à Genève et dans de nombreuses communes du canton.»

Clarinettiste et grand connaisseur de musique contemporaine – il a été des membres fondateurs de l’Ensemble Contrechamps – Peter Minten a aussi su fédérer un continent jusque-là morcelé d’institutions pédagogiques. «C’était un homme intègre et de conviction. Il a beaucoup œuvré pour la naissance et le rayonnement de la Confédération des écoles genevoises de musique, la CEGM», souligne la directrice du Conservatoire de musique, Eva Aroutunian. Inébranlable sur ses grandes lignes, mais aussi très ouvert aux compromis, Peter Minten laisse un legs inestimable au milieu musical genevois.

Créé: 14.03.2018, 20h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...