Passer au contenu principal

Proche-OrientLes Palestiniens en appellent à l'ONU

Le plan de paix américain «viole le droit international», accusent les Palestiniens dans un projet de résolution soumis au Conseil de sécurité.

La résolution devrait être soumise à un vote du Conseil de sécurité le 11 février à l'occasion d'un déplacement à l'ONU du président palestinien Mahmoud Abbas. (Photo d'archives)
La résolution devrait être soumise à un vote du Conseil de sécurité le 11 février à l'occasion d'un déplacement à l'ONU du président palestinien Mahmoud Abbas. (Photo d'archives)
AFP

Un projet de résolution palestinien distribué mardi aux membres du Conseil de sécurité de l'ONU «regrette fortement» que le plan de paix américain pour le Proche-Orient «viole le droit international», selon une copie de ce texte obtenue par l'AFP.

Dévoilé le 28 janvier par le président américain Donald Trump, ce plan va aussi à l'encontre des résolutions de l'ONU adoptées jusqu'à présent et «sape les droits inaliénables et les aspirations nationales du peuple palestinien, incluant l'auto-détermination et l'indépendance», ajoute le projet.

Après des négociations, ce texte devrait être soumis à un vote du Conseil de sécurité le 11 février à l'occasion d'un déplacement à l'ONU du président palestinien Mahmoud Abbas. Les Etats-Unis devraient le rejeter en utilisant leur droit de veto.

Selon des diplomates, les Palestiniens pourraient alors solliciter un vote de l'Assemblée générale de l'ONU (où le droit de veto n'existe pas) comme fin 2017 lors de la condamnation de la reconnaissance unilatérale par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

«Illégalité de toute annexion»

Le projet de texte palestinien, relayé au Conseil de sécurité par la Tunisie et l'Indonésie, deux Etats non membres permanents, «souligne aussi l'illégalité de toute annexion du territoire palestinien occupé, incluant Jérusalem-Est». Elle constituerait «une violation du droit international en sapant la viabilité d'une solution à deux Etats et en mettant en cause la perspective d'une paix juste, durable et globale», précise le texte.

En réaffirmant le maintien des paramètres de la paix reconnus jusqu'à présent par la communauté internationale (lignes de 1967, statut de Jérusalem capitale de deux Etats vivant en paix côte à côte), le projet palestinien souligne enfin «la nécessité d'intensifier et d'accélérer les efforts régionaux et internationaux pour lancer des négociations crédibles» de paix, «incluant la convocation au plus tôt d'une conférence internationale».

Le plan américain propose notamment de créer une capitale d'un éventuel Etat palestinien à Abou Dis, un faubourg de Jérusalem alors que les Palestiniens veulent faire de l'ensemble de Jérusalem-Est leur capitale. Il prévoit aussi l'annexion des colonies israéliennes, ainsi que de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967, avec des frontières en rupture avec les lignes tracées alors.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.