Mort de l'écrivain hongrois Gyorgy Konrad

Littérature Figure de premier plan de la dissidence, lauréat de plusieurs prix de littérature, l'écrivain s'est éteint à l'âge de 86 ans.

Le premier roman de Konrad «Le Visiteur» (1969) a été traduit en treize langues.

Le premier roman de Konrad «Le Visiteur» (1969) a été traduit en treize langues. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'écrivain hongrois Gyorgy Konrad est mort vendredi à l'âge de 86 ans, a annoncé sa famille à l'agence de presse hongroise MTI. Il a surtout été une figure de premier plan de la dissidence qui a abouti à la fin du communisme en Hongrie en 1989.

L'écrivain, dont les romans et les essais ont été traduits dans le monde entier, s'est éteint à son domicile des suites d'une longue maladie.

Né en 1933 dans une famille juive à Debrecen, une ville de l'est de la Hongrie, il a grandi à Berettyoujfalu près de la frontière roumaine.

«Un adulte de 11 ans»

En juin 1944, il a échappé de justesse à l'extermination de sa communauté par les nazis en sautant d'un train à destination de Budapest un jour avant la déportation des juifs de la ville dans le camp d'Auschwitz. Presque tous ses camarades de classe ont péri. «Je suis devenu un adulte âgé de 11 ans», a-t-il souligné dans son autobiographie «Départ et Retour» (2001).

Insurrection de Budapest

Konrad a pris part en 1956 à l'insurrection de Budapest contre le régime communiste écrasée par les forces armées soviétiques, mais contrairement à sa soeur et à des centaines de milliers de réfugiés, il a décidé de rester en Hongrie.

Le premier roman de Konrad «Le Visiteur» (1969), qui repose sur son expérience de travailleur social s'occupant d'enfants, a été traduit en treize langues.

Travaillant plus tard en tant que sociologue urbain, il a co-rédigé un essai portant sur les problèmes sociaux dans les nouveaux logements collectifs, mais il s'est heurté aux autorités communistes.

Ouvrages interdits

Entre 1973 et 1988 ses ouvrages ont été presque systématiquement interdits et publiés soit à l'étranger, soit clandestinement sous la forme de «samizdat».

Konrad, l'un des écrivains hongrois les plus connus à l'étranger à cette époque, a été élu président de l'association internationale de défense des droits des auteurs PEN club en 1990.

Lauréat de plusieurs prix de littérature en Hongrie et à l'étranger, il est devenu en 1997 le premier étranger élu à la tête de la prestigieuse Akademie der Kunste de Berlin.

Opposant farouche à Orban

Konrad a surtout été une figure de premier plan de la dissidence qui a abouti à la fin du communisme en Hongrie en 1989.

Cofondateur du parti libéral SZDSZ en 1988, il est devenu des décennies plus tard un opposant farouche à l'actuel Premier ministre hongrois Viktor Orban.

C'est «l'homme politique le plus toxique que la Hongrie ait connu depuis la chute du communisme», a-t-il dit de lui après l'orchestration par le gouvernement d'une campagne médiatique contre le financier et homme d'affaires américain d'origine hongroise George Soros en 2017. (ats/nxp)

Créé: 13.09.2019, 22h46

Articles en relation

L'écrivain italien Andrea Camilleri n'est plus

Littérature L'auteur sicilien Andrea Camilleri, père du commissaire Montalbano, est décédé à l'âge de 93 ans. Plus...

Décès du professeur vaudois Roger Francillon

Carnet noir Codirecteur des oeuvres complètes de Ramuz et professeur émérite de littérature, le natif de Daillens et ancien étudiant de l'Unil est décédé à l'âge de 81 ans. Plus...

Le Goncourt de la biographie à Frédéric Pajak

Littérature L'écrivain franco-suisse Frédéric Pajak s'est vu attribuer le Goncourt de la biographie pour le 7e volume de son «Manifeste incertain». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...