Passer au contenu principal

Nos midis de plastique

Nos lunchs sous plastique sont devenus un symbole de la culture du «tout-jetable». Ces emballages, qui deviennent des déchets en quelques minutes, doivent-ils être bannis de notre consommation? A Genève, le politique s’en préoccupe, mais l’affaire n’est pas simple.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.