Passer au contenu principal

Quand Marine Le Pen se trompe sur les chiffres

Pour défendre son «protectionnisme intelligent», la candidate du Front national a martelé que le taux moyen de protection douanière pour les produits agricoles importés en Suisse était de 55%. Faux, répond l'OFAG!

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle française.
Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle française.
Keystone

«La Suisse, par exemple, ses barrières douanières en matière d’agriculture sont de 55%.»Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle française, dans l’émission «Elysée 2017» sur TF1 mardi

Faux. «Marine Le Pen ne s’est pas bien informée et donne une impression complètement fausse» du système helvétique, a expliqué à la RTS Reto Strebel, de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG). Il n’y a pas de droits de douane uniques et fixes en Suisse sur les produits agricoles. Ils sont établis par l’OFAG pour chaque produit agricole et varient en fonction des produits et du marché. Le principe est que si les agriculteurs suisses produisent assez pour couvrir la demande des consommateurs, l’importation va être très fortement taxée. A l’inverse, quand la production nationale n’est pas suffisante, les droits de douane sont faibles. Et selon les calculs de la RTS, le taux moyen pour l’ensemble des importations de produits agricoles a atteint 5,1% en 2016, un chiffre dix fois inférieur à celui invoqué par Marine Le Pen.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.