Marché de Noël des enfants: le paradis du cadeau à petit prix

Parc des BastionsCe rendez-vous annuel, organisé par la Ville de Genève, a réuni des centaines d'enfants, ce mercredi, sous la grande tente de l'Escalade. Reportage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il faudra un jour écrire l’histoire contemporaine du parc des Bastions, en réservant un chapitre au recyclage intelligent de ses infrastructures éphémères. Elles étaient sportives le week-end dernier, elles sont ludiques ce mercredi après-midi. Les poussins de la course de l’Escalade sont de retour sous la grande tente, chauffée, spacieuse, métamorphosée trois heures durant en paradis du cadeau à petit prix.

La Ville régale une fois de plus, en organisant la 12e édition de son marché de Noël. Sont conviés les enfants des classes primaires de 4P à 8P. On a ajouté un âge sur le carton d’invitation: les élèves de 9e année du Cycle d’orientation. Ils sont également de la fête.

Sans bousculade

Les bancs sont pris d’assaut. Trente minutes de mise en place sans bousculade. Cette tente géante est beaucoup plus généreuse qu’une «rue est à vous» au lever du jour. Les brocanteurs en herbe, sous bonne escorte familiale, ont du métier. Ils savent tenir l’horaire: à pile 14 h, ce vaste présentoir s’ouvre à la vente. Sans fausse note, les jouets guerriers comme les vidéos violentes sont interdits. Un pistolet entré en cachette en ressort fissa. Sa silhouette sans imagination ne rivalise pas avec la panoplie du chevalier et son épée en mousse.

De la seconde main à cinq doigts bien comptés; les jeux de société doivent être complets. Ils le sont. Sur la table d’Adrien, il n’y a même que cela, du Lotto à l’ancienne, du Cluedo de luxe, des coffrets soignés qui sentent le rangement maternel, sans omettre une section originale réservée aux jeux de stratégie phosphorescents.

Buffet des patrouilleuses

Le lot fait très envie. Comme le buffet des patrouilleuses scolaires assurant le ravitaillement. Elles ont pensé aux fringales du milieu de l’après-midi, alternant le salé et le sucré, les croissants aux jambons et les brochettes de bonbons.

Le bâtonnet coloré dans la main, on retourne aux affaires et on tombe sur deux doudous en forme de chauve-souris. Leur détenteur n’a plus vraiment l’âge de les glisser sous son oreiller. Il sourit à son acheteur: «On peut discuter du prix si vous voulez…» Pas question, c’est cadeau de repartir sans se ruiner avec des objets de qualité, en ayant le sentiment réel de soutenir la consommation durable en période de pré-fêtes. «Les jouets en magasin sont de plus en plus chers», note l’une des organisatrices de la journée, avant de rappeler que «les invendus non repris sont offerts comme chaque année à une association caritative de la place.»

Figurines orphelines

A partir de 17 h, les trieurs adultes se mettent au travail, recomposant à vue les familles de peluches, empilant les boîtes de jeux, regroupant les figurines orphelines. Tout en relisant pour le plaisir les petits écriteaux incitatifs rédigés à la main, ces fiches techniques de l’enfance que l’on a envie d’apprendre par cœur.

Il faudra un jour décerner le prix du plus beau post-it. On tient notre lauréat 2018: «Tout neuf, juste ouvert». Une voiture rouge dans son carton. Commentaire de son jeune vendeur: «Elle n’a jamais roulé, je vous le jure. Je l’ai juste regardée avant de la remettre dans sa boîte.» (TDG)

Créé: 05.12.2018, 19h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...