Passer au contenu principal

Covid-19Lufthansa négocie avec l'État allemand

En difficulté à cause de la pandémie, la compagnie aérienne allemande négocie avec le gouvernement pour éviter la faillite.

Sur 760 appareils de la compagnie Lufthansa environ, quelque 700 sont actuellement cloués au sol.
Sur 760 appareils de la compagnie Lufthansa environ, quelque 700 sont actuellement cloués au sol.

Lufthansa négocie avec l'État allemand un plan de sauvetage «de 9 milliards d'euros». Il pourrait inclure une nationalisation partielle du groupe, pour lui éviter la faillite en raison de la crise liée au coronavirus.

Les négociations «en cours» portent sur un crédit, mais aussi «sur une entrée de l'État au capital de l'entreprise» allant jusqu'à 25% et une action, c'est-à-dire une minorité de blocage, explique la compagnie aérienne dans un communiqué. Elle ajoute que l'État «vise à obtenir un siège au conseil de surveillance» du groupe.

«Une participation silencieuse et un crédit garanti» sont également discutés, précise Lufthansa, qui perd actuellement 1 million d'euros par heure. Le coronavirus a mis à l'arrêt la quasi-totalité de ses opérations passagers. Si la question politique n'est plus de sauver ou non le groupe, les négociations, qui durent depuis mars, se sont compliquées en raison des contreparties.

4 milliards d'euros en cash

La direction de Lufthansa refuse d'être influencée par les pouvoirs politiques des pays dans lesquels elle est active, à savoir, outre l'Allemagne, l'Autriche, la Suisse et la Belgique.

«Nous avons besoin d'aide publique, mais pas d'une direction nationalisée», a réitéré cette semaine le patron de Lufthansa, Carsten Spohr, lors de l'assemblée générale des actionnaires.

Au sein de la coalition gouvernementale allemande, les avis seraient aussi partagés. «Le processus pour trouver un accord politique dure toujours», note Lufthansa dans son communiqué.

Actuellement, le groupe a encore quelque 4 milliards d'euros en cash, a expliqué Carsten Spohr. Il a ajouté que les négociations visent à «éviter la faillite» alors que le nombre de passagers est en baisse de 99%.

Sur 760 appareils environ, quelque 700 sont actuellement cloués au sol; plus de 80'000 de ses 130'000 salariés sont au chômage partiel. Engagé dans une restructuration visant à réduire durablement la voilure du groupe et à se séparer de près de 100 avions, Carsten Spohr a récemment estimé avoir 10'000 salariés en trop au regard de la crise actuelle.

En Suisse, l'État va garantir 1,2 milliard d'euros de prêts aux filiales locales de Lufthansa, Swiss et Edelweiss. En Autriche, Austrian Airlines (AUA), autre filiale de Lufthansa, a demandé mardi une aide publique de 767 millions d'euros.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.