Louisa lance les potions d'Adèle

JeunevoisLouisa Saratsiotis a créé une gamme de produits d’entretien qui se veulent plus respectueux de l’environnement. Sa recette? Des ingrédients bios et locaux

Louisa Saratsiotis, 30 ans, vend ses produits d'entretien sur les marchés genevois.

Louisa Saratsiotis, 30 ans, vend ses produits d'entretien sur les marchés genevois. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans un supermarché classique, le rayon des produits d’entretien s’étend souvent sur une dizaine de mètres. Louisa Saratsiotis, 30 ans, propose avec sa marque Les Potions d’Adèle trois produits seulement pour tout faire chez soi: une lessive à base de savon de Marseille, un spray multi-usage (vitres, équipement en inox, salle de bains) et un produit vaisselle qui sert aussi de détachant pour tissus. «Nous nous sommes habitués à l’hypersegmentation que génère l’industrie pour vendre plus. Mais il est tout à fait normal qu’un produit de nettoyage puisse servir à plusieurs usages.»

De formation horlogère, avec un parcours dans la recherche, Louisa Saratsiotis s’est progressivement orientée vers une activité qui correspond mieux à ses valeurs. Confrontée à des problèmes de peau, elle a commencé à s’intéresser à la composition des produits d’entretien il y a déjà plusieurs années. Et remplacé l’offre des grands détaillants par ses propres compositions, à base d’ingrédients bios et, dans la mesure du possible, locaux. Jusqu’au jour où elle décide de partager ses découvertes: «J’avais envie de trouver de tels produits dans le commerce. En en parlant autour de moi, surtout aux vendeurs de magasins bios ou en vrac, j’ai compris qu’une telle demande existait.» Les Potions d’Adèle étaient nées, avec la commercialisation des produits d’une part et l’organisation d’ateliers do it yourself d’autre part, «afin de rendre les gens autonomes et conscients de ce qu’ils utilisent».

La production des Potions d’Adèle a débuté en juillet dernier. Elles sont aujourd’hui vendues dans une dizaine de commerces du canton: la Mini-Fève à Meyrin, le Nid, la Ferme de Budé, Biofred, Le Bocal local, le marché bio d’Onex, la Ferme du Lignon, Senza à Carouge, le marché de Carouge les samedis, ainsi que sur le site d’Espace Terroir. La jeune femme partage depuis peu un local de stockage à Carouge avec la brasserie l’Apaisée et Geminoh, producteur de champignons. Louisa Saratsiotis est par ailleurs présélectionnée pour un programme de soutien local, qui pourrait donner lieu à une bourse considérable. De quoi lui permettre de se consacrer pleinement à cette activité. (TDG)

Créé: 22.05.2019, 17h00

Où la rencontrer

Le Vert Bouteille, à Carouge: «Un bar à vin et à tapas, on y trouve des productions locales et l’ambiance est sympathique.»
vert-bouteille.thefork.rest
Le Jardin botanique alpin, à Meyrin: «Il comprend une extraordinaire variété de plantes. J’y vais pour méditer et me ressourcer.»
www.meyrin.ch/fr/jbam
Le lac des Vernes, à Meyrin: «Un magnifique endroit pour se promener.»

Sur internet

lespotionsdadele.blogspot.com www.facebook.com/lespotionsdadele

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les polices municipales pourraient disparaître
Plus...