John Goetelen: Le “ni-ni” de Macron et le “et-et” de May

La revue des blogsPatrick Dimier: Le tsunami Macron. Xavier Comtesse: Sell in, Sell out. Rémi Mogenet: Georgina Mollard nous a quittés. Maurice-Ruben Hayoun: Lettres d’Israël III, le vieux souk de Natanya. Esther Alder: Les villes renforcent leur engagement en faveur des migrants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

John Goetelen: Le “ni-ni” de Macron et le “et-et” de May

Le point commun entre les deux dirigeants est le recentrage. Emmanuel Macron veut un « Ni droite ni gauche » de rejet, sans ligne très claire. Theresa May assume un « Et droite et gauche » de proposition. (...) La campagne de Donald Trump était axée sur l’alliance entre les conservateurs du sud et la classe ouvrière des États du nord. Il suivait en cela une doctrine républicaine annoncée dès 1992 par Pat Buchanan (image 1). C’était bien vu puisqu’il a gagné et relégué Hillary Clinton au rang de défenseur des seules puissances d’argent. Ce positionnement du camp Clintobama n’a pas pu être dissimulé derrière la croisade moraliste soutenue par les kadors hollywoodiens et la presse conformiste. Madame May ne fait rien d’autre que du Trump, sans les excès du personnage. Elle entend et accepte ce que beaucoup nomment avec dédain la vague populiste. Or cette vague représente bien un désir populaire: maîtriser la mondialisation dans laquelle beaucoup se sentent oubliés et largués, contrôler l’immigration massive qui cause des dégâts dans le ressenti identitaire de ceux qui ont construit la prospérité et la culture en Europe et aux États-Unis, préserver l’outil industriel face à la toute-puissance de l’argent, et associer le libéralisme, le souverainisme et un volet social protecteur. (...) Par son projet madame May veut soutenir ceux qui n’ont pas les moyens de choisir la mondialisation et le nomadisme. Voici par exemple deux mesures, que la gauche ne renierait pas: revaloriser le salaire minimum et plafonner le prix des factures d’énergie... Patrick Dimier: Le tsunami Macron

Au terme d'un quinquennat pitoyable par la seule faute du locataire de l'Elysée, incapable d'endosser le costume, il faut donc se poser deux questions de fond. Une majorité absolue dans les chambres ne constitue-t-elle pas le pire des pièges. Cette majorité n'est-elle pas, in fine, un oreiller de paresse par l'usage abusif du fameux 49.3 à répétition. Le recours trop facile à la pratique de la gouvernance par voie d'ordonnance n'est-elle pas, elle aussi, une source très importante de fracture de la société française? Le régime de cohabitation, voire de coalition, ne constituent-ils pas des alternatives performantes en vue de faire fonctionner ce régime de façon à la fois conforme à l'esprit de la Ve république et à l'idée même que se faisait le fondateur du régime de s'appuyer sur le recours au vote du Peuple pour valider ses options? (...)

Xavier Comtesse: Sell in, Sell out

(...) Il faut comprendre que chaque ouverture de boutique de grandes marques nécessite un fort approvisionnement qui peut se chiffrer en plusieurs millions de francs... ainsi si Tag Heuer ouvre 6 boutiques en Chine, vous avez plus de 60 millions de francs qui apparaissent à l'export (sell in) ... aucune de ces montres n'a évidemment encore trouvé preneur (sell out). En conclusion... on assiste à une baisse tendancielle qui dure depuis maintenant 24 mois ... et malgré quelques réapprovisionnements qui peuvent faire par moment ou par pays illusion la tendance reste finalement déprimante. La véritable reprise se fait donc encore attendre ... peut-être à l'automne pour la grande saison commerciale des fêtes... à moins que cela soit l'année de la montre connectée (nouvelle Samsung, nouvelle Apple Watch, etc.) qui couperait alors l'herbe sous les pieds des horlogers suisses... on verra bien!

Rémi Mogenet: Georgina Mollard nous a quittés

Le 6 avril 2017, la poétesse Georgina Mollard a quitté ce monde à l'âge de nonante-six ans, après avoir gagné de nombreux prix et publié un seul recueil, en 2014, qui était appelé Recueil de poésie et autres pensées (éditions Krakys, Genève). Elle était membre des Poètes de la Cité, que je préside, donc je la connaissais bien. Elle était pleine d'humour et de chaleur, de vivacité, et j'aimais son style, à la fois classique et imagé, finalement proche du mien. Toutefois je n'ai pu l'appréhender pleinement qu'en lisant, enfin, son recueil. Il s'y décèle une forte nostalgie pour l'enfance, à deux titres. (…) Elle aimait Genève, malgré sa nostalgie, et chantait volontiers le Rhône, le lac, la nature telle qu'elle se déploie entre Alpes et Jura! Nous l'aimions tous beaucoup, et, quoique avec un peu de retard, les Poètes de la Cité associent leur peine à celle de sa famille. Maurice-Ruben Hayoun: Lettres d’Israël III, le vieux souk de Natanya

Un marché révèle ce que l’on ne voit pas sur les terrasses des cafés ni dans une salle de restaurant. (...) Je n’aurai garde d’oublier de mentionner le marchand de pistaches. Personnage très important car nous en achetons beaucoup que nous ramenons dans nos valises. A Paris, les meilleures marques de cacahuètes ou de pistaches n’égaleront jamais celles-ci, faites selon un mode artisanal. Je connais le vendeur depuis de longues années, il ne sourit jamais. Cette fois-ci, pour le dérider, je lui dis qu’on est venu de Paris et qu’on ne se fournit que chez lui. Enfin, il esquisse un sourire qui atteint ses deux oreilles. Mais, Ô miracle, il fait enfin une déclaration que je résume : Paris, cela suffit ! Tu dois faire ta aliya. Il est grand temps. On t’attend ici. Unique !! Connaissez vous un autre pays au monde, un seul, où un marchand de pistaches exhorte ses clients à changer de pays et à émigrer ? Si oui, faites le moi savoir. (...)

Esther Alder: Les villes renforcent leur engagement en faveur des migrants

Les villes suisses veulent devenir des acteurs de premier plan dans la politique d’asile. En adoptant vendredi à Zurich un document de stratégie sur la politique d’intégration et, sur proposition de Genève, une Déclaration « Villes refuges », quelque 60 villes membres de l’Initiative des villes pour la politique sociale ont pris l’engagement d’améliorer et de renforcer l’accueil des migrants. (…) L’idée de cette Déclaration est née en 2015, en pleine crise migratoire. Cette année-là, 40'000 personnes avaient déposé une demande d’asile en Suisse. La Confédération, les cantons et les communes étaient à la recherche de logements supplémentaires. A l’instar des parlements de plusieurs villes suisses, le Conseil municipal de Genève s’était ému de la situation dramatique des migrants et avait accepté une motion qui demandait au Conseil administratif de réfléchir à la création d’un réseau de villes refuges en Suisse. Mandatée par le Conseil administratif pour ce dossier, j’ai pris contact dans un premier temps avec les villes de Lausanne, Berne et Zurich, que je tiens à remercier pour leur disponibilité et leur ouverture. L’Initiative des villes pour la politique sociale s’est ensuite intéressée à notre démarche et a proposé de la soumettre à ses membres. Merci à elle ! Je suis fière de l’engagement des villes en faveur des migrants ! (...)

Ronald Zacharias: Restauration de la Maison Rousseau: Défaite annoncée

(...) Comme le rappelle le célèbre dissident soviétique Boukovsky: 'En URSS on avait le Goulag, en Occident vous avez le 'politiquement correct'. En effet, dans les deux cas, si la pensée est déviante, la sanction est l'ostracisme, la mise à l'écart. Vous l'aurez compris, nous vivons aujourd'hui l'inverse de l'esprit des Lumières et il est malheureusement avéré que les 'enseignements' dispensés dans les murs de la Maison Rousseau vont plutôt dans le sens du courant du fleuve qu'à contre-courant. Le contraire de l'esprit 'Rousseau', qui se retournerait dans sa tombe, comme on dit. De cette 'culture' là, sans contre-culture critique, la majorité éclairée des genevois n'en veulent plus. Il sera exigé que 'l'Aufklärung' puisse inspirer le programme des activités au sein de la Maison Rousseau. Sans garanties sérieuses et crédibles à cet égard, il n'est pas certain que la Fondation Rousseau puisse bénéficier des largesses de l'État. (...) (TDG)

Créé: 23.05.2017, 15h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...