Disparition subite du banquier Pierre Darier

GenèveLe Genevois a présidé le Mamco durant dix ans et a été patron de banque privée pendant trente ans.

Le banquier et mécène Pierre Darier est décédé à 72 ans.

Le banquier et mécène Pierre Darier est décédé à 72 ans. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mort subite du banquier et mécène Pierre Darier a suscité beaucoup d’émotion à Genève depuis trois jours. De nombreux proches ont été atterrés d’apprendre cette nouvelle. Pierre Darier représentait le banquier privé genevois classique. Tout en rigueur, il était concentré sur son métier, la gestion de fortune. Très à l’écoute. Aussi cordial que sérieux. Pendant plus de trente ans, de 1977 à 2010, il a été associé gérant de Darier & Cie (1977-1991), Darier & Hentsch (1991-2002) et enfin du groupe Lombard Odier. Il a aussi présidé durant une dizaine d’années les deux fondations du Musée d’art moderne et contemporain (Mamco). Pierre Darier a participé à l’aventure de ce musée dès sa création, en 1991, aux côtés de Philippe Nordmann, premier président de ce musée, et de cinq autres mécènes.

Ces dernières années, il s’était progressivement retiré de ses fonctions. Mais il en avait notamment gardé deux: d’abord celle de membre du conseil de fondation du Mamco, cédant la présidence il y a trois ans à un autre banquier, Philippe Bertherat. «Pierre Darier a joué un rôle de première importance pour le musée, résume son successeur. Il en était l’un des principaux moteurs. Il vouait une grande passion à l’art. Il savait aussi nouer des contacts amicaux avec de nombreux artistes.» Directeur du musée, Lionel Bovier retient son soutien sans faille et son engagement, autant dans le domaine des expositions que des acquisitions: «il était généreux, fidèle, enthousiaste». Président des Amis du Mamco, Patrick Fuchs évoque la «perte irremplaçable» liée à sa disparition. «Je suis effondré, et très triste. C’est, pour moi, la perte d’un ami. Un grand Monsieur, libre et exigeant. L’amour de l’art était chez lui très sincère. Et il vouait une vraie tendresse à l’égard des artistes», réagit avec émotion Jean-Pierre Greff, directeur de la HEAD Genève.

Pierre Darier avait aussi gardé sa charge de vice-président du Centre international d’études monétaires et bancaires (CIEMB). «Très clair dans ses analyses, il avait aussi une grande honnêteté intellectuelle. Comme d’autres banquiers, il avait été secoué par la rapidité des changements touchant la place financière suisse», dit le professeur Charles Wyplosz, directeur du CIEMB. Avocat de formation, Pierre Darier avait commencé sa carrière bancaire à New York avant de rejoindre Darier & Cie en 1974. Représentant la cinquième génération de sa famille, aux côtés de son frère Bertrand, le Genevois a aussi siégé au conseil de la BNS de 1992 à 2004, et présidé l’Association des banquiers privés suisses de 2005 à 2008. Pierre Darier représentait bien le patriciat de la Genève bancaire et protestante, celui qui a édifié une partie de la prospérité du canton. Une Genève qui s’étiole. Une cérémonie religieuse aura lieu, ce vendredi 13 avril à 14 h 30, en la cathédrale Saint-Pierre.

(TDG)

Créé: 11.04.2018, 18h25