Passer au contenu principal

Des millions de personnes menacées de famine

Les souffrances liées à la faim gagne du terrain en raison des conflits qui sévissent au Congo. L'ONU tire la sonnette d'alarme.

Après un malaise qui a duré 12 minutes, Felix Tshisekedi  a prêté serment comme nouveau président de la République démocratique du Congo. (Jeudi  24 janvier 2019)
Après un malaise qui a duré 12 minutes, Felix Tshisekedi a prêté serment comme nouveau président de la République démocratique du Congo. (Jeudi 24 janvier 2019)
Keystone
Une accolade entre Felix Tshisekedi (à droite) et le président sortant Joseph Kabila   (Jeudi  24 janvier 2019
Une accolade entre Felix Tshisekedi (à droite) et le président sortant Joseph Kabila (Jeudi 24 janvier 2019
AFP
AFP
1 / 76

Près de 7,7 millions de personnes sont désormais menacées de famine en République démocratique du Congo (RDC), soit 30% de plus que l'an dernier, notamment en raison des conflits, s'est alarmée lundi l'agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

«Les souffrances liées à la faim sont en hausse en raison de l'escalade des conflits, de sa persistance dans le temps et des déplacements de population dans le centre et l'est de la RDC, principalement dans les régions du Kasaï et du Tanganyika, où les actes de violences se sont généralisés», explique la FAO dans un communiqué.

Parasites, maladies et conflits aggravent la situation

L'année passée, «près de 1,4 million de personnes ont été forcées de quitter leurs maisons», précise la FAO, qui mentionne également les invasions de chenilles légionnaires et les épidémies de choléra et de rougeole, parmi les facteurs d'aggravation de la situation humanitaire du pays.

Plus d'une personne sur dix vivant en zone rurale souffre ainsi de la famine, indique la FAO: «Dans les régions touchées par les conflits, les agriculteurs ont vu leurs villages et terrains se faire piller. Ils n'ont pas pu planter lors des deux dernières campagnes et les marchés alimentaires ont du mal à combler leurs besoins alimentaires», déclare dans ce communiqué Alexis Bonte, représentant par intérim de la FAO en RDC.

«Les conflits et les invasions de chenilles légionnaires, qui ont détruit plus d'un quart des cultures du territoire national, ont eu un effet catastrophique pour les communautés rurales. La situation est appelée à empirer si une aide urgente n'est pas apportée en temps opportun», ajoute M. Bonte.

Dans l'ensemble du pays, «la malnutrition chronique affecte 43% des enfants âgés de moins de cinq ans, soit plus de 7 millions d'enfants», indique la FAO.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.