Passer au contenu principal

SuisseLa centrale de Leibstadt pourra redémarrer

L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire a donné son feu vert pour la reprise partielle des activités de la centrale nucléaire.

Des mesures de sécurité supplémentaires ont été ordonnées.
Des mesures de sécurité supplémentaires ont été ordonnées.
Keystone

La centrale nucléaire de Leibstadt (AG) va être redémarrée dans les prochains jours. L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) a donné jeudi son feu vert en ce sens. Arrêté depuis août dernier, le réacteur ne tournera toutefois pas à plein régime.

L'IFSN a examiné l'analyse des causes des états d'ébullition critiques («dryouts» ou assèchements) et les mesures qui en découlent pour prévenir ce problème. Sur cette base, l'autorité de surveillance a autorisé le redémarrage de la centrale nucléaire sous conditions, écrit-elle jeudi. Et d'ajouter: «une exploitation sûre sans mise en danger de l'homme et de son environnement est garantie.»

La centrale nucléaire de Leibstadt sera remise en service «dans les prochains jours» après avoir passé avec succès les tests de sécurité, annonce pour sa part la société d'exploitation KKL dans un communiqué.

Parmi les mesures prises pour éviter des états d'assèchement, l'IFSN a ordonné une réduction de la puissance thermique à 95% au maximum dans un premier temps. D'ici à la prochaine révision, prévue à la mi-septembre, cette dernière devra même être réduite à 88%.

Rapports réguliers

La centrale devra en outre être immédiatement arrêtée en cas d'augmentation des émissions de gaz radioactifs. Ceux-ci sont le signe d'une perte d'intégrité des barres de combustible, indépendamment de la cause du dommage. Tous les assemblages combustibles présents dans le cœur doivent alors être soumis à un contrôle d'étanchéité. A cet égard, des mesures de surveillance et de sécurité supplémentaires ont été imposées à l'exploitant.

De plus, la centrale nucléaire de Leibstadt rapportera régulièrement à l'IFSN les nouveaux progrès réalisés dans l'analyse détaillée des mécanismes physiques présents. Lors de la prochaine révision annuelle, elle procédera également à nouveau à une inspection approfondie des assemblages combustibles.

Contre le bon sens

Greenpeace critique la décision de l'IFSN. «Elle va à l'encontre du bon sens et de ses propres principes». L'autorité de surveillance avait clairement exigé qu'il soit impossible que des situations de surchauffe des éléments de combustibles puissent survenir.

La fondation suisse pour l'énergie juge aussi la décision avec sévérité. Les mesures de sécurité suivent le principe «essai et erreur», au détriment d'une plus grande sécurité de la centrale nucléaire, a indiqué jeudi la fondation.

Une pétition lancée en début d'année par le conseiller national Blathasar Glättli (Les Verts/ZH) a été remise jeudi à un représentant de l'IFSN. Plus de 16'000 signataires l'ont paraphée.

Une douzaine d'organisations de Suisse et d'Allemagne avaient demandé l'arrêt de la centrale dans une lettre au Conseil fédéral et à l'IFSN.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.