Passer au contenu principal

Les femmes et l’industrie genevoise: Carole Hubscher, présidente de Caran d’Ache

Esther Alder: Le réveil des consciences. Sylvain Thévoz: Féminisme, au boulot les gars ! Pascal Holenweg: Debout, sorcières ! Pascal Décaillet: La Louve de Rome. Demir Sönmez: L'ONU doit agir contre l'Etat turc

Sur http://blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Céline Chanal: Les femmes et l’industrie genevoise, épisode 1

A l’occasion de la Journée internationale du droit des femmes, nous vous proposons de lever le rideau sur un cliché qui a la vie dure: l’industrie à Genève serait-elle un bastion masculin ? Aujourd’hui cette image est largement dépassée puisque plus de 31% des postes de travail du secteur sont occupés par des femmes. A l’échelle du canton, cela représente plus de 7750 Super Women. (...) Madame Hubscher, être une femme dans l’industrie aujourd’hui qu’est-ce que ça veut dire ? «Une femme dans l’industrie c’est finalement très courant chez Caran d’Ache, puisque nous atteignons quasiment la parité entre hommes et femmes. D’après moi, être une femme dans l’industrie ça veut dire participer à la diversité d’une branche qui en a absolument besoin pour aller de l’avant : c’est justement la complémentarité des profils qui constitue la richesse de notre secteur, qui nous permet de nous remettre en question et d’innover Ne vous êtes-vous jamais dit en marchant en talons sur une rue pavée ou en entrant dans une salle de bain : « C’est forcément un homme qui a conçu ça de cette manière » ? Les femmes représentent 50% du marché, il est donc indispensable qu’elles soient aussi présentes du côté de l’industrie. En bref, être une femme dans l’industrie, c’est être au cœur de l’action.» (...)

Esther Alder: Le réveil des consciences

(...) Le mouvement #MeToo en témoigne. Ce qui était tu, caché, voire toléré, est devenu intolérable. La loi du silence semble enfin brisée. L’affaire Weinstein a aussi créé une formidable chaîne de solidarité féminine. J’invite toutes les femmes à la renforcer. La solidarité est en effet notre force. Les droits des femmes ne sont pas et ne seront jamais des acquis. C’est pourquoi l’engagement en faveur de ces droits doit rester constant. Le féminisme est un humanisme. Il n’est pas une révolte contre les hommes, mais un combat contre les injustices faites aux femmes. Et ce combat - quotidien - concerne autant les femmes que les hommes.(...)

Sylvain Thévoz: Féminisme, au boulot les gars !

(...) Combien d'hommes demandent à travailler à temps partiel, combien se mobilisent pour un congé paternité digne de ce nom, ne ricanent pas aux blagues sexistes, haussent le ton ou s'interposent en cas de domination masculine, d'abus, de violence? Combien renoncent à leur carrière au profit de leur conjointe ? Expliquent à leur patron qu'ils ne pourront venir travailler parce que leur enfant et malade, et quand leurs proches aîné-e-s ont besoin de proches aidant-e-s, renoncent à un pourcentage de travail? Un certain nombre, certes; quelques uns, oui. Mais quoi qu'il en soit, trop peu encore. Car si c'était le cas, l'égalité serait déjà notre réalité à toutes et à tous. Or, on en est encore loin. Les gars, si vous engager pour les droits des femmes ne vous semble pas relever de votre core-business. Luttez au moins pour sortir de votre propre aliénation. (...)

Pascal Holenweg: Debout, sorcières !

(...) Il y a aujourd'hui plus de femmes "actives" professionnellement qu'il y en jamais eu, et plus de femmes bien formées, disposant d'un pouvoir dans la hiérarchie des entreprises ou des services publics -mais il n'y a jamais eu non plus autant de chômeuses et de travailleuses précaires. Globalement plus instruites et plus diplômées que les hommes à 20 ans, elles sont toujours globalement moins payées que les hommes lorsqu'elles occupent un emploi comparable, et touchent des retraites inférieures à celles des hommes : la maternité et le rôle familial sont passés par là, mais aussi une discrimination sans base objective, ne reposant que sur des préjugés et des traditions. En Suisse, la différence moyenne de revenu mensuel entre hommes et femmes est de 18 % (au détriment des femmes, bien sûr), et la différence inexplicable autrement que par une pure discrimination sexiste est de 7 %. Cette inégalité de revenu, cela représente, sur une vie, 400'000 francs de revenu en moins pour une femme, et des milliards de rentrées fiscales perdues. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Louis Ferdinand Céline et les autres

Dîner du CRIJF, Jérusalem, l’antisémitisme islamiste, Charles Maurras , Louis Ferdinand Céline et les autres… Pourquoi ce commentaire peu amène sur un dîner auquel tous se pressent pour pouvoir dire après qu’ils ont frôlé les plus hautes autorités de l’Etat… Cela me fait penser à certains dîners, hors de prix, où les organisateurs attiraient les curieux, curieux mais fortunés, capables de débourser quelques centaines d’Euros pour un repas peu gastronomique mais avec un appât irrésistible : une photographie avec le Premier Ministre d’Israël ou de l’Hexagone… Chacun de nous soigne sa vanité personnelle comme il peut. J’ai écouté les discours et il est légitime de dire, sans colère ni prévention, ce qu’ils nous inspirent. Il est vrai que la situation des Juifs dans ce pays commence à être difficile, à devenir même préoccupante. Au moins deux orateurs, et non des moindres (je pense seulement au président Macron) ont désavoué le conseil ou la réplique d’un officier de police, face à un Français juif qui venait se plaindre de menaces et d’intimidations : vous devriez partie, ils (les islamistes) vous ont repéré (s)… Cruel aveu d’impuissance venant d’un membre des forces de l’ordre. (…) J’en viens à présent à quelque chose de plus important : la place à accorder à de grands antisémites qui se sont aussi illustrés (si tristement) dans la littérature française. (...)

Daniel Warner: Which Roger is your kind of hero?

Roger Federer is returning to tennis competition this week at Indian Wells, California. Inevitably, his presence will lead to commentaries about his fabulous career, his record return to the number one ranking at age 36 and his unequalled 20 Grand Slam titles. His charm and grace – the perfect Swiss gentleman – only add to his unique athletic accomplishments. For obvious reasons, philanthropy and fatherhood included, Roger is universally admired. For many, he is considered a hero. (...)

Pascal Décaillet: La Louve de Rome

Sommes-nous bien sûrs d’avoir pris la mesure de ce qui vient d’advenir en Italie ? Dans ce pays majeur de notre continent, fondateur au milieu des années cinquante de la Communauté européenne, devenue plus tard Union, pilier de la coopération entre les puissances du Vieux monde, les forces de l’anti-système sont désormais majoritaires. Notamment le Mouvement 5 étoiles, qui devient le premier parti de la Péninsule avec 32% des voix. Mais aussi la Ligue. C’est un bouleversement sans précédent, depuis la Guerre, au Sud des Alpes. Tous les paramètres valables depuis la République, née de l’immédiate après-guerre, s’effondrent. Un autre monde politique italien surgit. (...) A Bruxelles, chez M. Juncker, on a du souci à se faire…

Cédric Segapelli La chronique de Stéphanie Berg

La Coach est un roman noir comme on les aime. Un de ceux qui, nous prenant par les émotions, nous replacent au coeur de la réalité en nous questionnant sur nos responsabilités. Un de ceux qui racontent une histoire qui nous ressemble. Coraline veut la peau d’Esposito. Il est son client, sa cible, sa proie. Il est surtout celui qu’elle tient pour responsable du suicide de son frère suite à une restructuration massive de SwissPost. Incarnation parfaite de sa profession de coach par sa détermination froide et inébranlable, elle traverse la Suisse de train en train mue par un seul objectif. Elle ne vit que pour sa vengeance. La Coach est donc l’histoire d’une femme qui souffre et qui trouve un exutoire dans son sens personnel de la justice. Il est aussi le roman d’un homme qui souffre et qui voit en cette femme un espoir de remède à son supplice. (...)

Demir Sönmez: L'ONU doit agir contre l'Etat turc

(...) Près d'un millier de personnes ont rejoint la manifestation devant l'ONU et la place des Nations est couverte de banderoles sur lesquelles on peut lire: "Kurdes de Turquie, l'ONU reste silencieuse", "Hier Kobane, aujourd'hui Afrin, hier ISIS, aujourd'hui Turquie" et "Turquie massacres, Europe, L'OTAN et l'ONU sont silencieux ". Des cercueils sont exposés pour mettre l’accent sur le massacre d'Afrin, et les noms des pays qui jouent un rôle dans cette tuerie massive sont exposés avec des écritures sur des banderoles. En criant « Assassin Erdogan », « Envahissant l'Etat turc", "Les massacres de la Turquie, les Nations Unies", les manifestants exhortent les Etats membres de l'ONU à agir immédiatement contre l'Etat turc. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.