Un braquage au quai des Bergues tourne à la fusillade en pleine rue

Genève Samedi matin, des malfrats ont attaqué une bijouterie. Une dizaine de coups de feu au moins ont été tirés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une scène digne d’un western hollywoodien s’est produite samedi, en pleine journée, dans le quartier des Bergues. Une fusillade a éclaté dans la rue après le braquage d’une bijouterie. Des témoignages décrivent de nombreux coups de feu entendus, mais ceux-ci n’ont heureusement fait aucun blessé. Un agent de sécurité privé a fait usage de son arme. Tout le périmètre a été bouclé pendant plusieurs heures pour les besoins de l’enquête.

Un vigile tire sur les malfrats

Il est environ 9 h 40 quand des malfrats s’attaquent à la bijouterie Kunz, située sur le quai des Bergues. Le hold-up semble avoir été mené par au moins deux individus, qui se seraient échappés ensuite par la porte arrière de la boutique. C’est là, dans la rue Guillaume-Tell, qu’a eu lieu la fusillade. «J’ai entendu au moins dix coups de feu, a raconté à la Tribune de Genève le serveur d’un restaurant voisin. C’était un agent de sécurité qui tirait, et il criait: «Couchez-vous!» Une source proche de l’enquête confirme qu’un vigile privé a bien fait usage de son arme. On ignore pour l’heure si les braqueurs ont aussi tiré.

La fusillade a été filmée

Une vidéo filmée par un témoin et diffusée sur le site du quotidien Le Matin montre un homme en costume noir tirer à plusieurs reprises en direction de deux personnes portant des casques de moto. Ces dernières essaient de s’enfuir à bord d’un scooter, puis partent à pied en laissant le deux-roues tomber par terre. De nombreuses douilles de cartouches ont été retrouvées sur le sol (voir photo).

A l’arrière-plan, les vitres des brise-vent d’une terrasse de bistrot ont volé en éclats. Par chance, l’établissement était fermé. Une habitante de la rue, qui s’apprêtait à sortir de son immeuble, dont l’entrée donne sur la terrasse, a fait demi-tour en entendant les déflagrations. «Je l’ai échappé belle!» s’exclame-t-elle.

Selon une autre personne présente sur les lieux, «les malfrats ont couru sur le trottoir en direction de l’Hôtel des Bergues. Ils avaient un sac et l’un d’eux portait une arme à feu. Ils ont perdu des montres sur le trottoir, que les commerçants ont récupérées par la suite.»

Braqueurs arrêtés?

D’après le site du journal 20 minutes, les braqueurs auraient été arrêtés. L’un d’eux serait remonté en direction du quartier de Saint-Gervais, où il aurait tenté de se cacher sous une voiture avant de se faire arrêter par la police un peu plus loin. Les policiers auraient saisi deux sacs de sport lui appartenant, puis fouillé le secteur à la recherche d’une arme. Le Ministère public n’a toutefois pas confirmé les arrestations.

Joint hier, le responsable de la bijouterie Kunz n’a pas souhaité s’exprimer sur le hold-up. Le Ministère public a ouvert une enquête pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce brigandage retentissant. Un important dispositif policier a été déployé sur les lieux pendant plusieurs heures. De nombreux inspecteurs menaient des investigations samedi dans l’après-midi.

Sur Facebook, Le Matin a posté la vidéo d'un témoin qui a filmé les coups de feu tirés samedi matin lors du braquage du quai des Bergues:

Créé: 13.05.2017, 20h01

Dossiers

«Nous évitons si possible de tirer»

L’agent de sécurité privé a-t-il agi proportionnellement en faisant usage de son arme? L’enquête le dira. Selon Christian Python, patron d’une agence de sécurité (qui n’est pas concernée par ce cas), il est rare qu’un vigile privé soit amené à tirer des coups de feu en pleine rue. «La loi dit que nous ne pouvons le faire qu’en cas de légitime défense ou en état de nécessité, c’est-à-dire si notre vie ou intégrité physique sont menacées, ou si une tierce personne est en danger et qu’il n’y a pas d’autre moyen de la sauver. En ce cas, nous devons bien sûr prouver que c’était justifié, lors d’une audition devant la police. Aussi, nous évitons si possible de tirer. Sans juger de faits que je ne connais pas dans le détail ni encourager quoi que ce soit, je peux juste dire que cela va faire réfléchir les malfrats qui seraient tentés de venir commettre un braquage à Genève.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.