Boris Johnson augmente le salaire minimum

Royaume-UniAprès sa victoire électorale, le Premier ministre veut faire oublier l’austérité appliquée par son parti grâce une hausse du salaire minimum.

Le Premier ministre a aussi promis d'importantes dépenses dans les services publics de santé et la police.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement britannique a annoncé mardi une forte hausse du salaire minimum à partir d'avril, après sa large victoire électorale remportée grâce à sa progression dans les régions défavorisées favorables au Brexit. Cette annonce suscite l'inquiétude du patronat.

Le salaire minimum pour les employés de plus de 25 ans va augmenter de 6,2% au 1er avril pour passer à 8,72 livres de l'heure, a indiqué le Trésor. Cela constitue «la plus forte augmentation en valeur» depuis la création en 2016 du salaire minimum sous sa forme actuelle, touché par 2,8 millions de Britanniques, a insisté le premier ministre Boris Johnson, cité dans un communiqué.

La hausse annoncée représente quatre fois le taux annuel d'inflation de novembre (1,5%). Elle intervient alors que le pouvoir d'achat a été mis sous pression par l'accélération de la hausse des prix après le référendum du Brexit en 2016, qui a pesé sur la monnaie britannique. La tendance s'est modérée ces derniers mois.

Oublier l'austérité

Cette annonce intervient moins de trois semaines après les élections législatives qui ont donné aux conservateurs la plus forte majorité parlementaire depuis Margaret Thatcher dans les années 1980. Les Tories ont ravi des sièges détenus depuis des décennies par le Labour dans le centre et le nord de l'Angleterre, dans des régions autrefois ouvrières et défavorisées, très majoritairement favorables au Brexit.

Soucieux de faire oublier l'austérité appliquée par son parti depuis dix ans et face à un parti travailliste très à gauche, le Premier ministre a promis en campagne d'importantes dépenses dans les services publics de santé et la police, des investissements dans les infrastructures et des gestes pour les plus démunis.

L'annonce de mardi a été critiquée par les Chambres de commerce britanniques: leur co-directrice générale Hannah Essex s'est inquiétée d'une mesure qui va peser sur les finances des entreprises à «une période de grande incertitude économique» et a appelé le gouvernement à en compenser le coût. (ats/nxp)

Créé: 31.12.2019, 09h47

Articles en relation

Brexit: l'accord passe un premier tour au Parlement

Royaume-Uni Le texte de l'accord de Brexit obtenu par Boris Johnson a remporté un premier vote des députés britanniques vendredi, ouvrant la voie à une adoption finale en janvier. Plus...

Boris Johnson obtient la majorité absolue

Législatives Selon les résultats officiels, le Premier ministre britannique a remporté les législatives et va pouvoir mettre en place le Brexit. Plus...

La photo qui embarrasse Boris Johnson

Royaume-Uni Le cliché d'un garçon de quatre ans contraint d'attendre plusieurs heures par terre dans un hôpital a choqué l'opinion et gêné le Premier ministre britannique. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...