Les plus belles proies de la Fureur de lire

EvénementDès jeudi, quatre jours durant, Genève fait son marathon littéraire biennal.

L'affiche de La Fureur de lire 2019.

L'affiche de La Fureur de lire 2019.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tigre est toujours dans le moteur de la Fureur de lire. Il suffit de contempler l’affiche de la manifestation, traversée par un Sharekhan la gueule ouverte, pour être fixé sur la pugnacité du concept. Tous les deux ans, plusieurs équipes, avec en tête la Maison de Rousseau & de la Littérature (MRL), dédient quatre jours d’intense programmation aux mordus de lecture.

Le centre du «festival» sera le Théâtre Pitoëff, car le 40, Grand-Rue, maison natale de Jean-Jacques Rousseau, est sens dessus dessous à cause des travaux d’aménagement des étages destinés aux activités de l’institution dirigée par Aurélia Cochet. Il y a deux ans, celle-ci nous expliquait la raison de la présence de personnalités françaises du monde du spectacle à la Fureur de lire. Par leur notoriété, Julie Depardieu, Gérard Darmon et Mathieu Amalric allaient à coup sûr attirer du monde à leurs séances de lecture d’oeuvres d’auteurs suisses.

C’est ce qui arriva en 2017. Cela pourrait bien se reproduire en 2019.A nouveau, des célébrités du théâtre, du cinéma et de la télévision se sont déclarées prêtes à transmettre des textes de nos écrivains d’ici. Nicole Garcia et Bérénice Bejo sont les plus belles proies du tigre affamé. Vincent Kucholl s’ajoute au tableau de chasse. Ce sera ce vendredi 22 novembre à 20h que Nicole Garcia apparaîtra sur la scène du Théâtre Pitoëff, lisant pour nous "Sans Silke" de Michel Layaz.

Accueillie par Mélanie Croubalian, la comédienne et cinéaste prêtera sa voix et sa diction si particulières aux émotions d’un roman paru l’hiver dernier chez Zoé, récompensé cette année par le Prix Rambert. L’histoire de Silke parle d’enfance, à travers l’expérience d’une jeune femme à laquelle est confiée une fillette qui oublie grâce à sa compagnie et à la nature environnante, les failles de sa relation avec des parents occupés exclusivement d’eux-mêmes.

Bérénice Bejo, si drôle dans “OSS 117” et charmante dans “The Artist”, sera reçue par Alexis Favre, samedi 23 novembre à 20h au Théâtre Pitoëff. Elle sera la voix de Douna Loup, une auteure genevoise éditée comme Michel Layaz chez Zoé, dont le récent roman “Déployer” évoque les multiples amours qui peuvent habiter le coeur d’une femme. En sept chapitres à lire dans le sens que l’on veut, la prose crue et poétique de Douna Loup prendra vie sur scène grâce au talent de Bérénice Bejo.

Et Vincent Kucholl? Le fameux partenaire de Vincent Veillon à la télévision et au théâtre abordera, jeudi 21 novembre à 19h30 au Théâtre Pitoëff, “Les Choses humaines” de Karine Tuil. Ce coup-ci, c’est un Suisse qui lit des extraits du dernier livre d’une Française, éditée chez Gallimard. Cette rencontre-lecture animée par Jean-Marie Félix permettra au public de découvrir l’histoire des Farel, un couple confronté à l’accusation de viol portée contre leur fils. Une situation d’autant plus perturbante que le père est un journaliste renommé et la mère une intellectuelle aux solides convictions féministes. Karine Tuil participera à cette soirée d’ouverture qui promet d’être intense.

Ces trois soirées phares ne doivent pas occulter l’offre de l’ensemble de la manifestation, qui est richissime. Les Bibliothèques municipales et le Cercle de la Librairie et de l’Edition sont avec la MRL les organisateurs de la Fureur de lire. Ce qui explique le grand nombre d’événements prévus pendant quatre jours dans des librairies et des bibliothèques, mais aussi dans des lieux aussi variés que des cafés, un magasin de disques (Sounds Records), l’Ecole de danse de Genève, l’Hôtel Tiffany, le Musée Barbier-Mueller, le Musée du Vieux-Plainpalais. Parmi les moins connus de ces lieux, il en est un qui s’appelle les 4 Coins, au 44 rue de Carouge, où cinq événements se dérouleront samedi et dimanche, dont l’un dimanche autour de John Berger.

Dimanche soir, la soirée de clôture accueillera au Théâtre Pitoëff, à 18h30, l’écrivain Sylvain Prudhomme et deux musiciens, Fabien Girard et Samuel Hirsch, qui accompagneront cette lecture de «Par les routes» (Ed. L’arbalète Gallimard), le huitième livre de Prudhomme. Ce roman parle de Sacha, qui retrouve un ancien colocataire devenu mari et père. Cet homme surnommé l’auto-stoppeur continue de prendre la route, laissant femme et enfant seuls de plus en plus souvent. Sacha et Marie se plaisent et quand son mari ne revient pas de sa dernière expédition, Sacha, lui, est toujours là.

La Fureur de lire du 21 au 24 novembre www.fureurdelire.ch

Créé: 19.11.2019, 18h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...