Bayer confiant grâce aux médics et aux pesticides

ChimieLe géant allemand prévoit un bénéfice en hausse pour les années à venir, notamment grâce à son rachat de Monsanto.

Bayer a racheté Monsanto.

Bayer a racheté Monsanto. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe chimique allemand Bayer a dévoilé mardi des objectifs financiers pour les années à venir, dont il attend une hausse des recettes et du chiffre d'affaires, notamment dans sa division d'agrochimie grâce au rachat de l'américain Monsanto.

«Nous sommes optimistes concernant le développement de Bayer à moyen terme et nous nous sommes fixés en conséquence des objectifs ambitieux», a déclaré dans un communiqué le patron du groupe Werner Baumann, à l'occasion d'une journée pour investisseurs organisée par Bayer à Cologne.

«Nous attendons une croissance particulièrement élevée du chiffre d'affaires et des marges» dans la division de médicaments sous ordonnance, a-t-il ajouté. Pour cette division baptisée Pharmaceuticals, l'entreprise de Leverkusen (ouest) table sur une hausse moyenne du chiffre d'affaires annuel d'environ 6% d'ici fin 2018, à périmètre et change constants.

Hausse de la marge EBITDA

Bayer a par ailleurs relevé le potentiel de chiffre d'affaires annuel combiné de ses cinq produits phares, passé de «au moins 7,5 milliards d'euros» à «plus de 10 milliards d'euros».

Il s'agit de l'anticoagulant par voie orale Xarelto, des anticancéreux Stivarga et Xofigo, du traitement ophtalmologique Eylea et du traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire Adempas.

La marge EBITDA, mesure de rentabilité, de cette division doit atteindre en 2018 entre 32 et 34%, hors effets exceptionnels, contre 30,1% en 2015.

Six médicaments

Au-delà de cet horizon aussi, Bayer se veut confiant grâce à six médicaments jouissant d'un potentiel de chiffre d'affaires annuel combiné d'au moins 6 milliards d'euros (6,6 milliards de francs).

Dans la division de médicaments sans ordonnance, l'inventeur de l'aspirine attend une croissance moyenne annuelle de 4 à 5% d'ici fin 2018, là aussi à périmètre et change constants, et une petite hausse de sa rentabilité.

La division agrochimie (engrais, pesticides) va clairement profiter de l'acquisition du géant américain des semences OGM et pesticides Monsanto, annoncée mercredi dernier. Bayer prévoit une finalisation de la transaction d'ici à la fin de 2017.

Achat coûteux

Cet achat très coûteux, qui valorise l'américain à 66 milliards de dollars (plus de 64 milliards de francs), va permettre à Bayer d'enregistrer dans cette activité une croissance moyenne annuelle du chiffre d'affaires «supérieure au marché», à périmètre et change constants.

La marge EBITDA y atteindra trois ans après l'achèvement du rachat «plus de 30%», contre environ 27% en 2015 en regroupant les activités des deux groupes, selon Bayer. (ats/nxp)

Créé: 20.09.2016, 08h54

Articles en relation

Bayer rachète Monsanto pour 66 milliards de dollars

Agro-chimie Le montant consenti représente l'acquisition la plus chère jamais payée par un groupe allemand. Plus...

Monsanto fait languir Bayer

Agrochimie Est-ce que le géant pharmaceutique allemand va enfin racheter le spécialiste des semences? Réponse mardi prochain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...