Assura lance l'idée d'une franchise par maladie

Assurance maladieL'assureur veut éviter que les patients aillent chez le médecin et lance l'idée d'un système de franchise par cas plutôt que par année.

Le directeur général d'Assura Ruedi Bodenmann lance une nouvelle idée de franchises.

Le directeur général d'Assura Ruedi Bodenmann lance une nouvelle idée de franchises. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'augmentation continuelle des coûts de la santé fait réfléchir tout le monde et chaque acteur de la santé cherche des solutions pour les juguler. Dernière idée en date, celle d'Assura. L'assureur, qui présentait mercredi ses résultats annuels, propose d'introduire un système de franchise par cas, plutôt qu'une franchise par année.

Pour son directeur général Ruedi Bodenmann, qui s'en explique jeudi dans Le Nouvelliste, «cela permettrait aux malades chroniques, comme les personnes souffrant d’un cancer, d’éviter de se voir facturer la franchise chaque année. En revanche, il éviterait que des cas bénins impliquant le recours à des médecins ou à des services d’urgence soient systématiquement facturés à l’assurance de base.»

Concrètement, chaque maladie ou chaque cas se verrait attribuer une franchise. Et les petits bobos seraient à la charge de l'assuré. Ainsi si un patient se rend chez son généraliste pour un rhume, il paierait la totalité de la consultation. Des frais qui ne seraient pas cumulables aux coûts d'un autre problème de santé. Mais s'il souffre d'une maladie plus grave, l'assurance de base paierait alors les coûts au-delà de la franchise fixée.

Responsabiliser les assurés

Et «pour chaque maladie, le compteur repartirait à zéro», souligne encore le directeur sur les ondes de la RTS jeudi. Le but est clair pour lui: responsabiliser les assurés en les incitant à aller chez le médecin uniquement si les factures estimées dépassent la franchise.

A noter que la proposition d'Assura n'en est qu'à ses balbutiements. L'assureur ne précise pas quel pourrait être selon lui le montant d'une franchise pour un cancer ou pour une maladie cardiovasculaire, ni si les franchises seraient différenciées selon l'âge ou le sexe. Il lance cependant l'idée que les malades chroniques ne paient leur franchise qu'une seule fois dans leur vie.

Franchise à 10'000 francs mi-avril

Pour rappel, la directrice de l'assurance maladie CSS avait proposé mi-avril dans la presse alémanique d'augmenter la franchise maximale de 2500 à 5000, voire 10'000 francs, afin de baisser les primes. Une idée qui ne plaît pas à Ruedi Bodenmann: «beaucoup de gens ne peuvent pas se permettre de payer 10'000 francs en cas de maladie. Si un patient se trouve dans cette situation, il va endurer des inquiétudes qui retarderont sa guérison.»

Fin mars, le Conseil fédéral avait lui proposé d’augmenter de 50 francs toutes les franchises des assurés adultes dès que les coûts dépassent un certain seuil. A savoir lorsque les coûts bruts moyens par assuré auront dépassé treize fois la franchise ordinaire. Le Parlement doit encore se prononcer.

Créé: 03.05.2018, 11h59

Articles en relation

Berne veut augmenter les franchises de 50 francs

Assurance maladie Berne veut adapter le montant des franchises à l’évolution des coûts de l’assurance obligatoire. But: responsabiliser les assurés. Plus...

Berne tient à revoir les rabais liés aux franchises

Suisse Le taux de 70% serait maintenu pour la franchise de 1000 francs, et il baisserait à 60, 55 et 50% pour les franchises de 1500, 2000 et 2500 francs. Plus...

Pas touche au choix de franchises maladie

Assurance maladie Le National a largement adopté jeudi une motion qui contre les intentions du Conseil fédéral de limiter le choix des franchises. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...