Passer au contenu principal

En Argovie, le rêve d’une expo nationale subsiste

L’association Svizra27 veut présenter une candidature pour la Suisse du Nord-Ouest.

La dernière exposition nationale, Expo.02, a eu lieu sur les Arteplages de Bienne, Neuchâtel, Yverdon (à l'image) et Morat.
La dernière exposition nationale, Expo.02, a eu lieu sur les Arteplages de Bienne, Neuchâtel, Yverdon (à l'image) et Morat.
Laurent Guiraud

La Suisse accueillera-t-elle une exposition nationale en 2027? La perspective semblait compromise après l’échec dans les urnes, en juin dernier, d’un tel projet en Suisse orientale. Mais le non des Saint-Gallois et des Thurgoviens n’a pas refroidi les velléités dans d’autres parties du pays. Le comité argovien Svizra27, nouvellement créé, a annoncé vendredi son souhait d’organiser une exposition nationale dans le Nord-Ouest du pays, vingt-cinq ans après la précédente édition – Expo.02 –, comme le veut généralement la coutume.

Humain - travail - cohésion

Ce sont des représentants des milieux économiques et des politiciens du canton d’Argovie qui portent cette nouvelle tentative. Parmi eux, la conseillère aux Etats socialiste Pascale Bruderer et la conseillère nationale UDC Sylvia Flückiger-Bäni. Leur motivation? Saisir une «grande opportunité» pour le canton, pour le Nord-Ouest et pour toute la Suisse.

C’est une tradition importante qu’il faut maintenir. Chaque génération mérite son expo nationale.

«Cela donnera une impulsion économique à notre région. Mais au-delà, c’est une tradition importante qu’il faut maintenir. Elle permet à l’ensemble de notre pays de se réunir tous les vingt-cinq ans. Chaque génération mérite son exposition nationale», plaide Kurt Schmid. Pour le président de l’Union argovienne des arts et métiers et initiateur de cette candidature, un tel événement n’est pas un concept dépassé, comme l’ont martelé les détracteurs de l’Expo 2027 à Saint-Gall et en Thurgovie. Il y a trois ans, Kurt Schmid avait déjà lancé l’idée d’une exposition nationale en Argovie. Son projet avait été enterré face à celui de Suisse orientale, plus avancé. Le rejet de ce dernier a ranimé ses ambitions.

Le thème de l’événement est déjà choisi: la confrontation avec le monde professionnel. Le slogan aussi: «Humain - travail - cohésion». Il sera notamment question de digitalisation de l’emploi.

Une autre initiative est en cours

Le comité argovien va désormais s’atteler à la planification du processus de candidature et à développer le concept. Après les refus en votations populaires en Suisse orientale, il va aussi s’efforcer de motiver les Argoviens, en les incluant dans la démarche. Il doit aussi convaincre les cantons du Nord-Ouest de la Suisse de se joindre à l’aventure. Des discussions seront bientôt engagées avec Soleure et les deux Bâles. Cette première phase sera financée uniquement par les milieux économiques impliqués. Par la suite, l’association espère des contributions d’autres organisations, de la Confédération et des cantons.

Outre le projet émanant d’Argovie, une autre initiative est en cours. En novembre, les maires des dix plus grandes villes de Suisse ont annoncé réfléchir à l’organisation commune d’une exposition nationale. La manifestation s’étalerait sur l’ensemble du pays, de Genève à Saint-Gall, de Lugano à Bâle, et se focaliserait sur cette question: «Qu’est-ce que la Suisse au XXIe siècle et comment voulons-nous vivre ensemble?» C’est Zurich qui est à l’origine de cette proposition inédite. Les grands axes – notamment la date et les coûts – sont en train d’être étudiés. Les conclusions seront présentées au printemps prochain.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.