Passer au contenu principal

Les eaux et la sécheresseNestlé Waters, la division controversée du géant agroalimentaire suisse

Revenus en baisse, faibles marges, contestations populaires récurrentes, les eaux ne sont-elles pas le caillou dans la chaussure de Nestlé?

En 2020, à cause d’une diminution des ventes dans les canaux dits «hors foyer» (soit l’hôtellerie - restauration), la croissance de Nestlé Waters s’est avérée négative avec des revenus passant de 7,3 à 6,4 milliards de francs.
En 2020, à cause d’une diminution des ventes dans les canaux dits «hors foyer» (soit lhôtellerie - restauration), la croissance de Nestlé Waters s’est avérée négative avec des revenus passant de 7,3 à 6,4 milliards de francs.
Patrick Martin 24 heures

À 320 kilomètres de la ville de Détroit, la petite commune d’Osceola Township se bat depuis des années pour empêcher Nestlé de puiser l’eau de ses rivières et la vendre sous la marque Ice Mountain. Relancé en 2018 suite à une décision du juge permettant au géant suisse d’augmenter ses capacités d’extraction de 950 à 1500 litres par minute, le combat de cette bourgade du Michigan comptant 900 âmes est loin d’être unique outre-Atlantique.

Ces dernières années, Nestlé a dû faire face à la colère latente de la population dans plusieurs États américains. En Californie par exemple, avec sa marque Arrowhead, la multinationale se retrouve de manière récurrente accusée de contribuer à la sécheresse qui frappe cette région de la côte ouest américaine depuis des années.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.