Passer au contenu principal

SuisseNespresso veut mieux recycler ses capsules

La filiale du géant de l’alimentation Nestlé a inauguré ce mardi une organisation à but non lucratif visant à faire progresser le taux de recyclage de ses capsules à café de 58% à 75% d’ici à 2025.

Un entrepôt de recyclage des capsules Nespresso à Moudon.
Un entrepôt de recyclage des capsules Nespresso à Moudon.
KEYSTONE

Nespresso a inauguré mardi la «Swiss Aluminium Capsule Recycling» destinée à faciliter le recyclage de l’aluminium en Suisse. Le géant du café veut rassembler les producteurs dans cette organisation pour atteindre, à terme, un taux de recyclage des capsules à café de 75% en Suisse d’ici à 2025.

L’organisation à but non lucratif «Swiss Aluminium Capsule Recycling» est le fruit d’un partenariat entre Nespresso et Delica, le torréfacteur du distributeur Migros, d’après un communiqué publié mardi.

Ils visent à offrir «une solution globale pour l’industrie», en mettant notamment en place une infrastructure de recyclage, déjà utilisée par Delica depuis le début de l’année.

Progression du recyclage

Avec ce nouveau dispositif, la filiale de Nestlé espère faire progresser le taux de recyclage de l’aluminium en Suisse de 58% à 75% d’ici à 2025. «Il est important pour nous d’assumer notre responsabilité environnementale tout en proposant à nos consommateurs une solution de recyclage pratique» a expliqué Hubert Lehnard, directeur marketing chez Delica et membre de la direction de la nouvelle organisation.

«Avec Nespresso, a-t-il poursuivi lors d’une conférence de presse mardi, nous avons trouvé un moyen de recyclage établi, déjà éprouvé».

Comme Delica, d’autres sociétés pourraient y trouver un intérêt, d’autant qu’«il y a des discussions en cours avec d’autres producteurs» a affirmé Roger Blesi de la centrale de recyclage Barec, celle qui prend déjà en charge le recyclage des capsules collectées. Il a toutefois précisé que de nouvelles intégrations ne seront possibles qu’à partir du début de l’année prochaine.

«Aucun bénéfice n’est reversé»

Les producteurs devront s’acquitter de cotisations pour l’utilisation de l’usine de recyclage et du réseau des 3700 points de collecte. Nespresso n’en a cependant pas dévoilé le montant, se contentant d’indiquer qu’elles seront calculées selon leur poids respectif sur le marché.

Interrogé sur la question des bénéfices d’une telle opération, Nespresso a affirmé que «les bénéfices de la vente d’aluminium recyclés sont réinvestis dans les infrastructures de recyclage (…) aucun bénéfice n’est reversé aux membres», selon une prise de position transmise à AWP.

Si Delica et Nespresso ont tenu à afficher leur volonté de coopérer sur le terrain de la responsabilité environnementale, Hubert Lehnard a tenu à rappeler qu’ils restaient «des concurrents sur le marché».

À noter que les deux marques ont également développé un nouveau pictogramme destiné à pousser les consommateurs suisses à recycler leurs capsules.

ATS/NXP