Passer au contenu principal

Opposant russe en grève de la faimNavalny à l’hôpital, Bruxelles accroît la pression sur Moscou

Le militant anti-corruption, qui a cessé de s’alimenter il y a trois semaines, a été transféré dans une unité carcérale médicale.

«150’000 militaires»

Accusations de Londres

«Droit à la vie»

«Éviter un prétexte»

«Donner un prétexte»

AFP

3 commentaires
    Yves KLEIN

    J'avoue ne jamais avoir compris le principe de la grève de la faim. Si M. Navalny décide de ne plus s'alimenter, comment exactement peut-on en rendre l'Etat russe responsable? S'il y laisse la vie... n'est-ce pas son choix à lui?

    A moins de considérer qu'il existe une obligation légale de céder au chantage...