Passer au contenu principal

La zone euro «prend note» et «réitère son offre» à Chypre

La zone euro a «pris note» mardi soir du rejet par le Parlement chypriote de son plan d'aide, tandis que le ministre allemand des Finances mettait en garde contre des solutions «irresponsables».

Le Parlement chypriote a adopté vendredi soir une loi sur la restructuration du système bancaire. (22 mars 2013)
Le Parlement chypriote a adopté vendredi soir une loi sur la restructuration du système bancaire. (22 mars 2013)
Reuters
Les Chypriotes protestent devant le Parlement. (22 mars 2013)
Les Chypriotes protestent devant le Parlement. (22 mars 2013)
AFP
Protestations devant le Parlement. (22 mars 2013)
Protestations devant le Parlement. (22 mars 2013)
AFP
Une femme chypriote exprime sa colère devant le Parlement de Nicosie.  (22 mars 2013)
Une femme chypriote exprime sa colère devant le Parlement de Nicosie. (22 mars 2013)
AFP
Des manifestants aux abords du Parlement. (22 mars 2013)
Des manifestants aux abords du Parlement. (22 mars 2013)
AFP
Un Chypriote porte le drapeau de l'Union européenne avec le mot «Non» pendant une manifestation à l'extérieur du Parlement de Nicosie. (22 mars 2013)
Un Chypriote porte le drapeau de l'Union européenne avec le mot «Non» pendant une manifestation à l'extérieur du Parlement de Nicosie. (22 mars 2013)
AFP
Les Salariés de la Banque Laiki, la seconde plus grande dans l'île, craignent la fermeture de l'établissement.
Les Salariés de la Banque Laiki, la seconde plus grande dans l'île, craignent la fermeture de l'établissement.
Keystone
Le président Nicos Anastasiades a déclaré:  «une décision sur un plan de sauvetage pour Chypre doit être prise jeudi au plus tard». (20 mars 2013)
Le président Nicos Anastasiades a déclaré: «une décision sur un plan de sauvetage pour Chypre doit être prise jeudi au plus tard». (20 mars 2013)
AFP
La chancelière allemande Angela Merkel s'entretient avec Nicos Anastasiades. (20 mars 2013)
La chancelière allemande Angela Merkel s'entretient avec Nicos Anastasiades. (20 mars 2013)
AFP
Dans un café près de Nicosie. (20 mars 2013)
Dans un café près de Nicosie. (20 mars 2013)
AFP
La proposition de taxe sur les dépôts bancaires a provoqué un tollé sur l'île, avant d'être refusée mardi soir par le Parlement chypriote.
La proposition de taxe sur les dépôts bancaires a provoqué un tollé sur l'île, avant d'être refusée mardi soir par le Parlement chypriote.
AFP
Des milliers de Chypriotes devant le Parlement. (Mardi 19 mars 2013)
Des milliers de Chypriotes devant le Parlement. (Mardi 19 mars 2013)
AFP
La police sécurise les alentours du Parlement.
La police sécurise les alentours du Parlement.
AFP
AFP
La police surveille les manifestants.
La police surveille les manifestants.
AFP
Devant le Parlement.
Devant le Parlement.
AFP
1 / 18

Le Parlement chypriote a rejeté le plan de sauvetage européen après le tollé provoqué par la taxe prévue sur les dépôts bancaires.

«Je confirme que l'Eurogroupe est prêt à aider Chypre dans ses efforts de réforme et réitère la proposition de l'Eurogroupe telle que je l'ai présentée lundi», qui consiste à ne plus taxer les dépôts inférieurs à 100'000 euros, a déclaré dans un bref communiqué le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.

«Je prends note de la décision du Parlement chypriote concernant la proposition du gouvernement consistant en un prélèvement exceptionnel de stabilité», a ajouté M. Dijsselbloem.

Le Parlement chypriote a rejeté le plan de sauvetage européen après le tollé provoqué par la taxe prévue sur les dépôts bancaires. Le plan prévoyait, en contrepartie d'un prêt de 10 milliards d'euros de la zone euro et du FMI pour l'île au bord de la faillite, une taxe exceptionnelle de 6,75% sur tous les dépôts bancaires de 20 à 100'000 euros, et de 9,9% au-dessus.

Mise en garde de l'Allemagne

Ce prélèvement doit rapporter 5,8 milliards d'euros. Dans un communiqué publié lundi à l'issue d'une réunion téléphonique, les ministres des Finances de la zone euro avaient indiqué que les autorités chypriotes allaient «introduire plus de progressivité en ce qui concerne la taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires (...), à condition que (...) cela ne modifie pas le montant total de l'aide financière» des Européens et du FMI, soit 10 milliards d'euros.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a mis en garde mardi soir contre «des solutions irresponsables» pour résoudre cette crise.

«C'est une situation grave, mais cela ne doit pas conduire à ce que nous prenions une décision qui n'aurait aucun sens», a-t-il déclaré à la deuxième chaîne de télévision publique ZDF.

Exprimant sa «compréhension» pour les manifestations de colère à Chypre, il a souligné que «cela ne devait pas conduire à ce que nous prenions des décisions irrationnelles, irresponsables».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.