Passer au contenu principal

SantéZika n'est plus une urgence de portée mondiale

L'OMS a annoncé vendredi que le virus n'était plus «une urgence de santé publique de portée mondiale».

Le virus du Zika, qui peut avoir des effets dévastateurs sur le développement des tissus cérébraux du foetus, pourrait devenir une arme contre le glioblastome, un cancer agressif du cerveau, révèle une étude. (Mardi 5 septembre 2017)
Le virus du Zika, qui peut avoir des effets dévastateurs sur le développement des tissus cérébraux du foetus, pourrait devenir une arme contre le glioblastome, un cancer agressif du cerveau, révèle une étude. (Mardi 5 septembre 2017)
Keystone
Des millions de moustiques porteurs d'une bactérie réduisant leur capacité à transmettre des virus ont été lâchés à Rio dans l'espoir qu'ils se reproduisent. (Mardi 29 août 2017)
Des millions de moustiques porteurs d'une bactérie réduisant leur capacité à transmettre des virus ont été lâchés à Rio dans l'espoir qu'ils se reproduisent. (Mardi 29 août 2017)
AFP
Au troisième trimestre de 2015, dans l'État brésilien du Pernambuco, les médecins constatent une élévation forte et atypique du nombre de cas de microcéphalies chez les bébés. On soupçonne le virus Zika d'en être à l'origine. Le 27 janvier, les autorités brésiliennes rapportaient 4 180 cas suspects pour l'année 2015.
Au troisième trimestre de 2015, dans l'État brésilien du Pernambuco, les médecins constatent une élévation forte et atypique du nombre de cas de microcéphalies chez les bébés. On soupçonne le virus Zika d'en être à l'origine. Le 27 janvier, les autorités brésiliennes rapportaient 4 180 cas suspects pour l'année 2015.
1 / 96

«Le virus Zika reste un problème hautement important à long terme (...) mais ce n'est plus une urgence de santé publique de portée mondiale», a déclaré le Dr David Heymann, président du Comité d'Urgence de l'OMS sur Zika lors d'une conférence de presse virtuelle.

«Comme la recherche a démontré le lien entre le virus Zika et la microcéphalie (boîte crânienne réduite entraînant un retard du développement intellectuel, ndlr), le Comité d'Urgence a estimé qu'un mécanisme technique solide à long terme était désormais nécessaire pour organiser une réponse globale», a indiqué l'OMS dans un communiqué.

«En conséquence, le Comité d'Urgence estime que le virus Zika et ses conséquences restent un défi de santé publique persistant et important, qui requiert une action intense, mais ne représente plus une urgence de santé publique telle que définie par les Règlements de santé internationaux», a ajouté le document.

«Nous ne minimisons pas l'importance de ce virus», a toutefois tenu à souligner le Dr Peter Salama, directeur exécutif du Programme d'urgences de santé de l'OMS, lors de la conférence de presse.

Depuis 2015, 23 pays ont annoncé avoir constaté des cas de microcéphalies et de syndrome de Guillain-Barré, une atteinte neurologique, potentiellement liés à Zika. Ces deux affections peuvent être mortelles.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.