Yémen: les sanctions de l'ONU renouvelées

DiplomatieSur fond de tensions avec Moscou, les pays membres du Conseil de sécurité ont validé la prolongation d'un an des sanctions contre le Yémen.

Le Conseil de sécurité de l'ONU à New York.

Le Conseil de sécurité de l'ONU à New York. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil de sécurité de l'ONU a renouvelé mardi jusqu'en février 2021 son régime de sanctions pour le Yémen, au terme d'une négociation très tendue entre Londres et Moscou qui a rejeté, menace de veto à l'appui, toute mention même implicite à l'Iran. Treize pays ont adopté une résolution proposée par le Royaume-Uni, deux se sont abstenus, la Russie et la Chine.

Le régime de sanctions, qui expirait mercredi, comprend la prolongation du mandat des experts de l'ONU chargés de contrôler l'embargo sur les armes imposé en 2015 et la possibilité d'imposer des gels d'avoirs et des interdictions de voyages.

L'Iran cité

Alors que la négociation ne présentait pas depuis une semaine de difficultés majeures, la Russie s'est soudainement opposée lundi au texte rédigé par le Royaume-Uni, menaçant de recourir à son droit de veto et proposant un contre-projet, selon des diplomates. Moscou a notamment refusé toute mention relative à l'Iran, pays cité dans le dernier rapport des experts de l'ONU, a-t-on précisé de mêmes sources.

Dans ce document, remis fin janvier, les experts affirment que les rebelles Houthis au Yémen disposent depuis 2019 de nouveaux armements (drones et missiles de croisière) dont certains «ont des caractéristiques techniques similaires à des armes fabriquées en Iran». L'Iran, qui soutient les Houthis, a toujours démenti leur fournir des armes.

Lors de la négociation, le Royaume-Uni, qui avait repris les conclusions des experts, a d'abord abandonné toute identification de l'Iran. Londres a ensuite accepté in extremis, après une médiation de la France et de la Belgique, de supprimer toute référence à la similarité d'armes possédées par les Houthis avec de l'armement fabriqué dans la région, selon des diplomates.

«Tactique de négociations»

Lors des interventions, Rodney Hunter, pour les États-Unis, a accusé «l'Iran de passer (depuis des années) en contrebande des armes aux Houthis» en violation de l'embargo sur les armes imposé au Yémen comme de celui concernant Téhéran.

Pour leur part, le Royaume-Uni et la France ont vivement critiqué l'attitude, qui se répète selon eux dans différents dossiers, de la Russie qui menace de son veto en proposant un texte concurrent pour imposer au final ses vues.

Le veto ne peut pas devenir «une tactique de négociations», s'est insurgée l'ambassadrice britannique Karen Pierce. «Quand on s'engage dans une négociation pour ne pas soutenir un texte à la fin, c'est une pratique tordue», a-t-elle dit en substance.

«Une crise artificielle»

«Les résolutions de ce Conseil sont le fruit de compromis. Chacun doit donc faire des concessions et personne ne peut espérer obtenir tous les gains souhaités au début d'une négociation», a abondé son homologue français, Nicolas de Rivière.

Pour sa défense, l'ambassadeur russe, Vassily Nebenzia, a dénoncé «une crise artificielle», en se plaignant que «toutes les préoccupations russes n'aient pas été prises en compte» par le Royaume-Uni. Évoquant des «méthodes de travail non constructives», il a souligné que l'approche ne pouvait pas être celle de «c'est à prendre ou à laisser».

La guerre oppose au Yémen depuis plus de cinq ans les Houthis, soutenus par l'Iran, et les forces du gouvernement, appuyées depuis 2015 par une coalition militaire menée par l'Arabie saoudite. Selon plusieurs ONG, elle a fait des dizaines de milliers de morts, essentiellement des civils et provoqué d'après l'ONU la pire crise humanitaire au monde. (afp/nxp)

Créé: 26.02.2020, 01h13

Articles en relation

La mort du chef du groupe djihadiste Aqpa confirmée

Péninsule arabique Deux semaines après l'annonce de Donald Trump, l'organisation terroriste a admis le décès de son leader au Yémen et introduit son remplaçant. Plus...

Près de 31 civils tués dans des raids aériens au Yémen

Moyen-Orient Des frappes aériennes de la coalition saoudienne ont causé la mort d'au moins 31 civils samedi dans la province d'Al-Jawf, au lendemain du crash d'un de ses avions. Plus...

L'ONU veut la «cessation immédiate» des hostilités

Yémen Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté jeudi à l'unanimité une déclaration sur le Yémen alors que les affrontements ont repris depuis une dizaine de jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: les courbes s'aplanissent
Plus...