Xi Jinping en Corée du Nord jeudi et vendredi

DiplomatieLe président chinois va rencontrer son homologue nord-coréen dans un contexte de tensions avec les Etats-Unis.

Les deux dirigeants lors d'une visite d'Etat en 2018 à Pékin.

Les deux dirigeants lors d'une visite d'Etat en 2018 à Pékin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une première depuis 14 ans pour un président chinois : Xi Jinping effectuera jeudi et vendredi une visite d'Etat en Corée du Nord, nouveau signe de rapprochement au moment où les deux pays doivent affronter la pression de Washington.

La Chine, embourbée dans une guerre commerciale avec les Etats-Unis, attend le sommet du G20 au Japon à la fin du mois, où Xi Jinping pourrait s'entretenir avec le président américain Donald Trump.

De son côté, la Corée du Nord est toujours frappée par des sanctions internationales, un an après un sommet historique à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong Un, qui n'a pas permis de résoudre la question du programme nucléaire nord-coréen.

Spectaculaire rapprochement

Les essais nucléaires nord-coréens, condamnés par la Chine, avaient contribué à refroidir les relations entre Pékin et Pyongyang au point que Xi Jinping et Kim Jong Un, arrivés au pouvoir respectivement en 2012 et 2011, ont attendu l'an dernier pour se rencontrer pour la première fois.

Les deux pays ont depuis opéré un spectaculaire rapprochement: le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un s'est rendu en Chine à quatre reprises l'an dernier. Xi Jinping avait promis de rendre la pareille à son voisin, sans toutefois annoncer de date. Le choix d'aller à Pyongyang, à une semaine du sommet du G20 d'Osaka, est riche de sens.

«Le message de la Chine, c'est qu'elle reste un acteur essentiel» des pourparlers sur le nucléaire nord-coréen, explique Yuan Jingdong, expert de l'Asie-Pacifique à l'université de Sydney. «On ne peut pas ignorer la Chine et la Chine peut jouer un rôle très important».

«Monnaie d'échange»

Xi pourrait ainsi se servir de ce déplacement comme d'une «monnaie d'échange» dans la guerre commerciale avec les Etats-Unis, estime l'expert.

Pékin souhaitait organiser une visite officielle en Corée du Nord avant toute rencontre Xi-Trump et la logistique n'a été finalisée que le mois dernier, confie une source au fait des préparatifs à Pyongyang.

Ces derniers jours, des centaines de soldats et d'ouvriers repeignaient la Tour de l'amitié à Pyongyang - qui commémore les millions de soldats chinois que Mao Tsé-toung a envoyés pour sauver les forces du grand-père de Kim Jong Un de la défaite pendant la guerre de Corée (1950-53).

Un détachement de soldats en veste blanche a également été aperçu à l'extérieur du Musée de la guerre de libération, signe que Xi Jinping pourrait le visiter.

Moins d'une heure après l'annonce de la visite officielle de Xi Jinping en Corée du Nord, un mini-séisme d'une magnitude de 1,3 à l'utilisation d'explosifs à des fins industrielles a été enregistré à la frontière entre les deux pays, dans la ville chinoise de Hunchun, selon les autorités chinoises. Cette région avait été secouée en septembre 2017 par un essai nucléaire du régime de Pyongyang.

Sauver la face

Xi Jinping ne sera pas en terre inconnue en Corée du Nord: alors vice-président, il a déjà visité Pyongyang en 2008. Mais il faut remonter à 2005 pour trouver trace du dernier déplacement d'un président chinois - Hu Jintao - dans le pays reclus.

Selon plusieurs sources diplomatiques dans la capitale nord-coréenne, après quatre visites de Kim Jong Un en Chine l'an dernier, il y avait à Pyongyang un sentiment de plus en plus fort que Xi Jinping devait faire de même pour sauver la face des Nord-Coréens.

«Du point de vue de la Corée du Nord, il est temps que le président Xi se rende sur place», souligne John Delury, professeur à l'Université Yonsei de Séoul. «Ils comptent les points et c'est quatre à zéro», explique-t-il.

Cette visite intervient également au moment où les négociations entre Donald Trump et Kim Jong Un se sont détériorées après l'échec d'un deuxième sommet en février au Vietnam. Les deux dirigeants ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur ce que Pyongyang serait prêt à abandonner en échange d'un allégement des sanctions. Depuis lors, Kim Jong Un accuse Washington d'agir de «mauvaise foi» et lui a donné jusqu'à la fin de l'année pour changer d'approche. (afp/nxp)

Créé: 17.06.2019, 19h30

Articles en relation

Mini-séisme lié à une possible «explosion»

Chine/Corée du Nord Un séisme dû à une «possible explosion» a été enregistré lundi à la frontière avec la Corée du Nord, selon les autorités chinoises Plus...

Douane: Pékin assomme à son tour les USA

Commerce Après que Donald Trump eut fait passer les droits de douane sur des produits chinois de 10 à 25%, c'est au tour de Xi Jinping d'augmenter fortement les taxes douanières. Plus...

Xi Jinping défend ses Routes de la soie

Chine Le président chinois et une quarantaine de dirigeants mondiaux sont réunis à Pékin pour un sommet sur les Nouvelles routes de la soie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.