«We Can Do It!»: l'héroïne du poster décède à 96 ans

Etats-Unis Naomi Parker Fraley, qui a inspiré la célèbre affiche de 1943 devenue un symbole des luttes féministes, s'est éteinte samedi.

Le poster est brandi systématiquement dans les manifestations féministes. (Mardi 23 janvier 2018)

Le poster est brandi systématiquement dans les manifestations féministes. (Mardi 23 janvier 2018) Image: Twitter/Capture d'écran

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Américaine Naomi Parker Fraley, qui a inspiré avec son bandana à pois rouges le poster «We Can Do It!» devenu l'emblème de générations de luttes féministes, est décédée samedi à l'âge de 96 ans.

Lutter contre l'absentéisme

Célébrant le travail des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale, l'affiche aux couleurs vives montre une jeune femme de profil en tenue bleue d'ouvrière, sur un fond jaune, retroussant sa manche pour montrer la force de son biceps et proclamer «On peut le faire!».

Elle avait été brièvement placardée dans des usines américaines en 1943 pour lutter contre l'absentéisme et décourager les appels à la grève, avant d'être ressortie des archives au début des années 1980.

Symbole féministe

Le poster est alors devenu emblématique du rôle des femmes qui avaient remplacé dans les usines les ouvriers partis au front et a été copié, imité et parodié à d'innombrables reprises, brandi systématiquement dans les manifestations féministes.

Naomi Parker Fraley, dont la belle-fille Marnie Blankenship a confirmé le décès lundi au New York Times, a cependant ignoré presque jusqu'à sa mort qu'elle était l'inspiration probable du créateur de l'affiche J. Howard Miller.

Longue enquête

Longtemps, une autre ouvrière, Geraldine Hoff Doyle, avait été identifiée à tort. Une longue enquête menée à partir de 2010 par le professeur James J. Kimble de l'université américaine de Seton Hall a conduit à un cliché publié dans la presse en 1942 sur lequel on voit Naomi Parker Fraley.

Sur l'image en noir et blanc, la jeune femme âgée d'une vingtaine d'années porte un bandana à pois qui retient ses cheveux alors qu'elle manipule une machine de l'usine d'équipement militaire où elle travaillait à Alameda en Californie.

«Les femmes de ce pays ont besoin d'icônes de nos jours», avait déclaré Naomi Parker Fraley dans une interview au magazine People en 2016. «Si elles pensent que j'en suis une, cela me rend heureuse.» (afp/nxp)

Créé: 23.01.2018, 18h04

Articles en relation

Hollywood se dote d'un code de bonne conduite

Harcèlement sexuel Après les révélations de l'affaire Weinstein, les producteurs américains souhaitent mettre en place des mesures sur les tournages, comme des stages sur le harcèlement. Plus...

Les féministes réagissent à la tribune du «Monde»

Harcèlement Les féministes réagissent ce mercredi à la tribune signée par un collectif de femmes dont Deneuve et les accusent de «refermer la chape de plomb» soulevée par l'affaire Weinstein. Plus...

«Féminisme», mot de l'année 2017 aux USA

Dictionnaire Un dictionnaire américain a annoncé mardi que le mot «féminisme» avait été l'un des plus consultés de l'année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...