Passer au contenu principal

Réseaux sociauxWashington veut bloquer les comptes iraniens

En représailles à la coupure d'internet, Washington souhaite que les comptes des leaders de l'Iran soient suspendus des réseaux sociaux.

Le département d'État américain a exhorté Facebook, Instagram et Twitter a suspendre les comptes des leaders du régime iranien jusqu'à ce qu'internet soit rétabli dans le pays, en proie à des tensions.

Les Iraniens sont coupés du monde depuis plus d'une semaine après la coupure quasi-totale du réseau imposée par Téhéran dans le contexte de manifestations violentes. «C'est un régime profondément hypocrite. Il coupe internet, tandis que son gouvernement continue d'utiliser tous ces comptes sur les réseaux sociaux», a dénoncé l'émissaire américain pour l'Iran, Brian Hook, dans une interview à Bloomberg relayée samedi sur Twitter.

«Nous appelons les entreprises de réseaux sociaux comme Facebook, Instagram, et Twitter à suspendre les comptes du Guide suprême (Ali) Khamenei, du ministre des Affaires étrangères (Javad) Zarif et du président (Hassan) Rohani jusqu'à ce qu'ils rendent internet à leur propre peuple».

Interrogés par l'AFP, Facebook et Instagram n'ont pas été en mesure de répondre dans l'immédiat et Twitter a indiqué n'avoir aucun commentaire à faire. Des troubles ont éclaté le 15 novembre, quelques heures après l'annonce d'une réforme du mode de subvention de l'essence, censée bénéficier aux ménages les moins favorisés mais s'accompagnant d'une très forte hausse du prix à la pompe, dans un contexte de profonde crise économique.

Bilan officiel de cinq morts

Le lendemain, les Iraniens ont été coupés du monde après une restriction drastique de l'accès à internet, vue comme un moyen d'empêcher le partage des vidéos des troubles, qui ont fait cinq morts selon un bilan officiel, plus de cent selon l'ONG Amnesty International. «Le régime a coupé internet parce qu'il tente de cacher toutes les morts et les tragédies qu'il a infligées à des milliers de manifestants dans tout le pays», a assuré Brian Hook.

Vendredi, les États-Unis ont imposé des sanctions contre le ministre iranien des Télécommunications Mohammad Javad Azari Jahromi pour «son rôle dans la vaste censure d'internet» en Iran, touché par un vaste mouvement de contestation.

Par un tweet en persan, le secrétaire d'État Mike Pompeo avait invité la veille les manifestants iraniens à transmettre aux États-Unis toute preuve de «répression» de la part du régime de Téhéran, assurant qu'ils «sanctionneraient ces abus».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.