Vote au Parlement condamnant Maduro

VenezuelaLa majorité détenue par l'opposition attribue au président la responsabilité de la crise.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Parlement vénézuélien, contrôlé par l'opposition, a voté lundi contre le président Nicolas Maduro pour «manquement aux devoirs» de sa fonction, lui attribuant la responsabilité d'une «crise sans précédent» qui secoue le pays.

Ce vote, au cours d'une session agitée, reste toutefois symbolique car il a de fortes chances d'être invalidé par la Cour suprême vénézuélienne (TSJ) qui, avant même le début des débats, a prévenu que «l'Assemblée nationale n'avait pas la faculté de destituer le président de la République».

L'opposition de centre droit, devenue majoritaire au parlement fin 2015, livre une bataille sans merci au pouvoir exécutif socialiste de Nicolas Maduro, dauphin de l'ancien président Hugo Chavez (1999-2013), dont elle demande le départ et des élections anticipées avant celles prévues en 2018.

"Un marasme économique»

«Est approuvé l'accord selon lequel Nicolas Maduro est reconnu responsable de manquements aux devoirs de sa fonction et il est exigé une sortie électorale à la crise vénézuélienne pour que ce soit le peuple qui s'exprime dans un vote», a déclaré le nouveau président du parlement Julio Borges, issu de l'opposition.

Selon ce texte, «Maduro a provoqué une crise sans précédent au Venezuela» et est «en marge de la Constitution» pour avoir provoqué «un marasme économique», «la rupture de l'ordre constitutionnel» et pour avoir «fait violence aux droits» des Vénézuéliens. En face, le député chaviste Hector Rodriguez a qualifié l'initiative d'«acte insensé et irrationnel». «Lorsqu'ils diabolisent les actions du président, ils reconnaissent implicitement qu'il gouverne effectivement. C'est un opéra bouffe de plus», a également commenté le député chaviste Pedro Carreno.

Nicolas Maduro a nommé la semaine dernière comme vice-président Tareck El Aissami, un «dur» de son équipe, chargé de lui succéder au cas où il serait finalement destitué.

Retrait de billets

Pour tenter de rassurer la population dans ce pays qui connaît une inflation vertigineuse, le dirigeant socialiste a annoncé dimanche soir l'augmentation de 50% du salaire minimum. Celui-ci s'élèvera désormais à un peu plus de 40.000 bolivars, soit 60 dollars au plus haut taux de change officiel, ou 12 dollars au marché noir.

M. Maduro a aussi annoncé lundi l'entrée en circulation à partir du 16 janvier des nouvelles coupures de 20.000 bolivars. Le retrait brutal des billets de 100 bolivars, unité monétaire la plus élevée jusqu'ici, avait provoqué des émeutes, par crainte d'une pénurie d'argent liquide. Selon un récent sondage publié par Datanalisis, près de 80% des Vénézuéliens désapprouvent la politique de Nicolas Maduro. (afp/nxp)

Créé: 09.01.2017, 23h47

Articles en relation

Maduro augmente le salaire minimum de 50%

Venezuela Le salaire minimum s'élèvera désormais à un peu plus de 40'000 bolivars, a décrété M. Maduro, soit 61 francs au plus haut taux de change officiel. Plus...

Maduro nomme un nouveau vice-président

Venezuela En cas de destitution, l'actuel gouverneur de l'Aragua deviendrait président. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.