Passer au contenu principal

Industrie automobileVolvo rappelle des voitures pour vice de tuyauterie

Le constructeur chinois, Volvo, retire de la circulation des milliers de voitures présentant une fragilité des conduits de carburant.

Volvo entend contrôler «à titre préventif» 11 de ses modèles à moteur diesel - dont ses deux luxueux SUV XC60 et XC90 - commercialisés en 2015 et 2016.
Volvo entend contrôler «à titre préventif» 11 de ses modèles à moteur diesel - dont ses deux luxueux SUV XC60 et XC90 - commercialisés en 2015 et 2016.
Keystone

Volvo Cars, propriété du Chinois Geely, rappelle 219.000 voitures en raison d'une fragilité des conduits de carburant dans le compartiment moteur, a-t-on appris mercredi auprès d'un porte-parole du constructeur.

Volvo entend contrôler «à titre préventif» 11 de ses modèles à moteur diesel - dont ses deux luxueux SUV XC60 et XC90 - commercialisés en 2015 et 2016 sur «[ses] marchés clés ainsi que [ses] plus petits marchés», a indiqué le porte-parole à l'AFP.

Quelque 37.000 voitures sont rappelées en Suède, 31.000 au Royaume-Uni et 26.000 en Allemagne, ses trois principaux clients européens. Le constructeur ne donne pas davantage de détails pour le reste de ses marchés.

À terme, les défaillances peuvent conduire à des fuites de carburant dans le compartiment moteur, signale le constructeur. Selon lui, aucun accident lié à cette anomalie n'a été recensé.

Lettre à tous les clients concernés

Volvo Cars a envoyé une lettre à tous les clients concernés leur demandant de «contacter sans tarder le concessionnaire Volvo le plus proche pour faire rectifier le problème», a ajouté le porte-parole du groupe.

Racheté à l'américain Ford en 2010 par le constructeur chinois Geely, Volvo Cars a redressé spectaculairement ses comptes et son image de marque. Il a misé en outre sur les voitures autonomes, où il est aujourd'hui l'un des plus avancés.

En 2017, année où il a battu un nouveau record de ventes, le groupe a annoncé qu'il ne lancerait plus que des modèles électriques ou hybrides à compter de 2019, promettant la «fin historique» des véhicules équipés seulement d'un moteur à combustion. Les résultats du constructeur pour son exercice 2018 sont attendus le 7 février.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.