Passer au contenu principal

Volkswagen se retire d'Iran

Dans le cadre des sanctions américaines, le groupe automobile allemand restreint au maximum ses activités sur sol iranien.

Volkswagen n'aura plus que des activités très restreintes en Iran, pour des raisons humanitaires.
Volkswagen n'aura plus que des activités très restreintes en Iran, pour des raisons humanitaires.
Keystone

Volkswagen va arrêter pratiquement toute activité en Iran, conformément aux souhaits des États-Unis. Un accord a été trouvé mardi entre le groupe automobile et la diplomatie américaine, a indiqué dans la nuit de mercredi à jeudi à l'agence Bloomberg l'ambassadeur des États-Unis à Berlin, Richard Grenell.

En vertu de cet accord, Volkswagen n'aura plus que des activités très restreintes en Iran, pour des raisons humanitaires.

En mai, le président américain Donald Trump avait rompu l'accord sur le nucléaire conclu en 2015 avec l'Iran et cinq autres pays, le dénonçant comme inéquitable. Cet accord, qui allégeait les sanctions contre Téhéran, avait permis à des entreprises occidentales de se réimplanter dans le pays.

Selon Bloomberg, VW a abandonné son projet, annoncé en juillet 2017, de vendre à nouveau des véhicules en Iran, après 17 ans d'absence.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.