Passer au contenu principal

Vladimir Poutine arbitre désormais le conflit turco-syrien

L’entrée en scène de l’armée de Bachar el-Assad, appelée à la rescousse par les forces kurdes pour faire face aux Turcs, bénéficie largement à la Russie.

Les combattants de l’opposition syrienne soutenus par la Turquie tirent avec une mitrailleuse lourde sur les combattants kurdes dans la région de Manbij.
Les combattants de l’opposition syrienne soutenus par la Turquie tirent avec une mitrailleuse lourde sur les combattants kurdes dans la région de Manbij.
AP

Le face-à-face est imminent. Dans le nord de la Syrie, l’armée de Bachar el-Assad et celle de Recep Tayyip Erdogan ne sont plus qu’à quelques kilomètres l’une de l’autre. Lâchés par les Américains, les Kurdes, fers de lance de la lutte contre le groupe État islamique (Daech), ont été contraints de demander l’aide de Damas pour contrer l’offensive turque lancée par Ankara le 9 octobre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.