Visées par des raids, les écoles restent fermées

SyrieLes écoles de la ville d'Idleb et ses environs sont fermées après des bombardements lors d'une offensive du régime.

Des ONG internationales évoquent pour leur part le chiffre de dix établissements touchés. (Image d'illustration)

Des ONG internationales évoquent pour leur part le chiffre de dix établissements touchés. (Image d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'administration locale dans le Nord-Ouest syrien a annoncé mercredi la suspension des cours dans les écoles de la ville d'Idleb et ses environs. La veille, des bombardements avaient touché plusieurs établissements dans cette région cible d'une offensive du régime.

Mardi, quatre écoles ont été frappées par les bombardements sur la province d'Idleb, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Des ONG internationales, notamment Save the Children ou l'agence de l'ONU pour l'enfance (Unicef), évoquent pour leur part le chiffre de dix établissements touchés.

20 civils tués mardi

Appuyé par son allié russe, le régime poursuit depuis décembre une offensive contre l'ultime grand bastion djihadiste et rebelle du nord-ouest syrien, poussant à la fuite des centaines de milliers de personnes. «En raison des mauvaises conditions sécuritaires, les cours sont suspendus jusqu'à la fin de la semaine dans toutes les écoles de la ville d'Idleb», mais aussi dans les districts Sud et Est de la province, a annoncé dans un communiqué la Direction de l'éducation.

Vingt civils ont été tués mardi dans les raids aériens et les tirs d'artillerie du régime sur la ville d'Idleb et d'autres localités, selon l'OSDH. Parmi les victimes figurent trois enseignants et une élève tués dans un bombardement sur une école, d'après la même source. Une école touchée dans la localité de Maaret Misrine avait été transformée en centre d'accueil pour des déplacés, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

«Sanctuaire» attaqué

L'Unicef a assuré mercredi dans un communiqué qu'avec les violences dans le Nord-Ouest près de 280'000 enfants «ont vu s'interrompre leur éducation» tandis qu'au moins «180 écoles dans le secteur ne sont plus opérationnelles parce qu'elles ont été endommagées, détruites ou accueillent des familles déplacées».

L'Unicef «condamne fermement le meurtre et la mutilation d'enfants. Les écoles et autres institutions éducatives sont un sanctuaire pour les enfants», déplore l'agence, qui appelle toutes les parties du conflit à «stopper les attaques contre les installations civiles». «Les écoles devraient être des lieux sûrs pour l'apprentissage et les jeux des enfants, même dans une zone de conflit», a déploré de son côté Amnesty International. Cibler ces établissements «constitue un crime de guerre», rappelle l'organisation basée à Londres. (ats/nxp)

Créé: 27.02.2020, 01h23

Deux soldats turcs tués à Idleb

Deux soldats turcs ont été tués et deux autres blessés lors d'une frappe aérienne sur la province d'Idleb dans le nord-ouest de la Syrie, a indiqué le ministère turc de la Défense jeudi.

L'armée turque a riposté contre des «cibles du régime» syrien dans la région, a-t-il ajouté.

Articles en relation

Erdogan exclut tout recul de la Turquie à Idleb

Syrie Le président turque a sommé le régime syrien de se retirer de certaines zones et affirmé qu'il ne ferait aucun compromis militaire. Plus...

Des frappes du régime tuent 19 civils à Idleb

Syrie Des bombardements du régime syrien ont fait 19 victimes dont huit enfants dans la localité de Maaret Misrine, dans la province d'Idleb. Plus...

Le régime reprend la ville de Kafranbel près d'Idleb

Syrie Il s'agit d'une des premières villes à s'être ralliée à la contestation contre le régime de Damas. Plus...

Cinq ans de prison pour un Suisse qui se rendait en Syrie

Terrorisme Un Argovien avait été arrêté en Bulgarie en possession de quatre armes à feu alors qu'il se rendait à Idleb pour «aider des civils». Il a été reconnu coupable de terrorisme ce mardi. Plus...

Le chef de l'ONU pressé par neuf pays du Conseil de sécurité d'en faire plus

Neuf pays du Conseil de sécurité de l'ONU, sur quinze, ont réclamé mercredi au secrétaire général de l'organisation Antonio Guterres d'en faire davantage pour obtenir notamment un cessez-le-feu dans la province d'Idleb en Syrie, selon des diplomates. Cette demande a été formulée lors d'une réunion d'environ une heure avec le patron de l'ONU. Ce dernier a avancé qu'il en faisait déjà beaucoup dans les coulisses sans que cela soit forcément rendu public, a-t-on précisé de mêmes sources. Ces pays ont demandé à Antonio Guterres «de s'impliquer davantage», lui comme son émissaire pour la Syrie, Geir Pedersen, qui a «une vision un peu trop étroite de son mandat» et qui pourrait faire plus pour tenter d'avoir un cessez-le-feu et faire respecter le droit humanitaire international, ont indiqué des diplomates.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...