Viols «systématiques» de la part des soldats birmans

Birmanie L'ONU dénonce les viols collectifs commis à large échelle par l'armée birmane à l'encontre des femmes et fillettes Rohingyas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les forces armées birmanes pratiquent «systématiquement» des viols collectifs de femmes Rohingyas, a déclaré dimanche une représentante spéciale de l'ONU. Celle-ci a recueilli des témoignages dans le sud-est du Bangladesh où sont réfugiés des centaines de milliers de membres de cette minorité musulmane.

«Mortes à la suite du viol»

Pramila Patten, représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU chargée d'enquêter sur la violence sexuelle dont sont victimes les femmes Rohingyas, a visité le district de Cox Bazar où ont trouvé refuge quelque 610'000 Rohingyas au cours des dix dernières semaines. Beaucoup de ces atrocités, «orchestrées» par les forces armées birmanes, «pourraient être des crimes contre l'humanité», a-t-elle déclaré à la presse à Dacca.

«J'ai entendu d'horribles récits de viols et de viols collectifs, de nombreuses femmes et filles étant mortes à la suite du viol», a-t-elle ajouté. Selon la représentante spéciale de l'ONU, ces viols collectifs relèvent «d'un schéma d'atrocités à grande échelle» visant «systématiquement les femmes et fillettes Rohingyas en raison de leur ethnie et de leur religion». Cette violence sexuelle a été «ordonnée, orchestrée et commise par les forces armées de Birmanie» dans l'Etat Rakhine, a déclaré Mme Patten.

Les témoignages des survivantes font systématiquement état de «viols collectifs commis par plusieurs soldats, d'humiliations», des femmes «étant obligées de se dénuder en public», et d'«esclavage sexuel en captivité», selon Mme Patten.

45 jours d'enfer

«Une survivante a raconté avoir été détenue par les forces armées birmanes pendant 45 jours, au cours desquels elle a été systématiquement violée. D'autres présentent encore des cicatrices, des contusions et des marques de morsures qui témoignent de leur épreuve», a poursuivi la représentante de l'ONU.

Parmi les auteurs d'actes de violence sexuelle figurent aussi les policiers gardes-frontières birmans et des membres de milices composées de bouddhistes et d'autres groupes ethniques dans l'Etat Rakhine, selon elle.

Quelque 900'000 musulmans Rohingyas de Birmanie, soit la majorité des quelque un million des Rohingyas qui vivaient dans l'Etat Rakhine, ont fui la Birmanie pour se réfugier au Bangladesh.

Selon Mme Patten, les actes de violence sexuelle, commis dans le cadre d'une «persécution collective des Rohingyas», ont été un «facteur-clé des déplacements forcés à grande échelle». Ils ont représenté «un outil de terreur calculé visant à l'extermination et la suppression des Rohingyas en tant que groupe». (ats/nxp)

Créé: 12.11.2017, 17h30

Articles en relation

Rangoun: la pression de l'ONU «préjudiciable»

Rohingyas Le retour des réfugiés Rohingyas en Birmanie pourrait être mis à mal par la pression de l'ONU sur Rangoun, estime le gouvernement. Plus...

L'ONU accentue sa pression sur la Birmanie

Rohingyas Le Conseil de sécurité a adopté lundi une déclaration conjointe qui condamne la violence ayant poussé les Rohingyas à fuir. Plus...

Rohingyas: Suu Kyi visite la zone du conflit

Birmanie La dirigeante birmane s'est rendue jeudi par surprise et pour la première fois dans la région où l'armée réprime les Rohingyas. Plus...

Des clowns pour faire rire les petits rohingyas

Bangladesh Une troupe d'artistes tente de divertir les milliers d'enfants réfugiés dans des camps au Bangladesh. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...