Vingt-trois combattants tués dans des raids

SyrieDes frappes israéliennes ont tué jeudi 23 soldats syriens et combattants étrangers, dernière opération en date de l'Etat hébreu.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme pour la plupart des précédentes attaques, l'armée israélienne n'a pas voulu commenter les nouvelles frappes, mais le régime syrien et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) ont accusé Israël.

A plusieurs reprises depuis le début de la guerre en 2011 chez le voisin syrien, les dirigeants israéliens ont affirmé qu'ils ne laisseraient pas la Syrie devenir la tête de pont de l'Iran, leur ennemi juré. Aux premières heures de jeudi, l'armée de l'air israélienne a bombardé des sites militaires dans la région de Damas et dans le sud du pays, selon les médias étatiques syriens.

Fortes explosions

Des correspondants de l'AFP à Damas ont entendu des explosions très fortes aux alentours de 01h15 (00h15 suisses). La télévision d'Etat a diffusé des images montrant des explosions dans le ciel noir après l'entrée en action de la défense antiaérienne.

«Trois Iraniens» et sept autres combattants de nationalité étrangère membres de milices pro-iraniennes ont été tués dans les raids sur Kesswa, un secteur au sud-ouest de Damas plusieurs fois visé, selon l'OSDH qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie.

Huit soldats de la défense antiaérienne du régime de Bachar el-Assad ont péri dans les frappes sur les régions de Jisr Bagdad et Mazzé près de Damas, d'après l'ONG. Cinq combattants syriens d'une faction pro-iranienne ont été tués à Ezra dans la province méridionale de Deraa.

Deux vagues

Selon une source militaire syrienne, citée par l'agence officielle Sana, la défense antiaérienne est entrée en action en riposte à deux vagues de frappes israéliennes contre des positions dans la région de Damas, et dans celles de Deraa et de Qouneitra, deux secteurs jouxtant la partie occupée par Israël du plateau syrien du Golan.

«L'attaque a fait huit blessés», a dit cette source sans faire état de morts. Depuis le début du conflit, Israël a mené des centaines de frappes contre des positions de l'armée syrienne, iraniennes et du Hezbollah libanais pro-iranien, deux alliés du régime Assad.

Des précédents

Mi-janvier, le régime syrien a accusé l'aviation israélienne d'avoir bombardé l'aéroport militaire T4 (centre), qui a selon l'OSDH tué trois combattants pro-Iran. Cette base a été plusieurs fois prise pour cible par des raids israéliens.

En novembre, l'armée israélienne a revendiqué une série de frappes contre des sites militaires du régime et de la force Qods des Gardiens de la Révolution iraniens. 23 combattants dont 16 étrangers ont péri, selon l'OSDH.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ensuite confirmé que la force Qods, chargée des opérations extérieures d'Iran, faisait partie des cibles.

Front d'Idleb

Déclenchée en mars 2011 avec la répression de manifestations antigouvernementales par le régime, la guerre en Syrie a fait plus de 380'000 morts et jeté sur la route de l'exil des millions personnes. Au fil des ans, le conflit a gagné en complexité avec l'implication de puissances régionales et internationales et l'arrivée de multiples milices étrangères et groupes djihadistes.

Sur un autre front de la guerre, le régime Assad poursuit une offensive meurtrière dans le nord-ouest syrien, reprenant de nombreux villages et localités d'Idleb, une région dominée par des djihadistes et où se trouvent des groupes rebelles. Pour la source militaire citée par Sana, «l'escalade israélienne ne va pas sauver les groupes terroristes armés qui s'effondrent à Idleb».

Depuis mi-décembre, les bombardements du régime et de son allié russe sur le nord-ouest ont tué plus de 300 civils, selon l'OSDH. En deux mois, un demi-million de personnes ont été déplacées par les violences, d'après l'ONU. L'Union européenne a réclamé la fin des bombardements sur Idleb et l'ouverture d'un accès humanitaire pour l

es populations de la région. (ats/nxp)

Créé: 06.02.2020, 22h43

Les Occidentaux condamnent «un carnage» à Idleb

Les Occidentaux ont vivement condamné jeudi à l'ONU «un carnage» en cours dans la province syrienne d'Idleb, soumise à une offensive du régime de Damas soutenue par la Russie. Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadrice américaine Kelly Craft a fait part de son horreur devant l'évolution de la situation. «L'administration Trump condamne, dans les termes les plus fermes, le régime Assad, l'Iran, le Hezbollah et l'offensive militaire barbare et injustifiée de la Russie», a-t-elle dit. Plusieurs pays, notamment européens, ont aussi appelé «à faire taire les armes à Idleb», pour reprendre l'expression de l'ambassadeur français Nicolas de Rivière. «Idleb devient de plus en plus synonyme de carnage», ont renchéri dans une déclaration conjointe ses homologues belge et allemand, Marc Pecsteen de Buytswerve et Christoph Heusgen. «Je pense que le pire cauchemar à Idleb est en train de se produire», a abondé l'ambassadrice britannique, Karen Pierce.

Articles en relation

L'UE réclame un accès humanitaire à Idleb

Syrie Le chef de la diplomatie européenne a demandé ce jeudi la fin des bombardements par les forces syriennes dans la province d'Idleb. Plus...

La Syrie active sa défense face à Israël

Proche-Orient Face à l'«agression israélienne», Damas affirme avoir abattu «la plupart des missiles ennemis» dans la nuit de mercredi à jeudi. Plus...

Erdogan menace le régime de Bachar el-Assad

Turquie Le président turc a ordonné ce mercredi au régime de retirer ses forces près de postes d'observation construits par Ankara dans le nord-ouest de la Syrie. Plus...

Un demi-million de déplacés en deux mois

Syrie Quelque 500'000 personnes ont fui le nord-est du pays où l'offensive du pouvoir et de son allié russe fait rage depuis plusieurs semaines. Plus...

Six soldats syriens tués dans une riposte turque

Syrie Une attaque de représailles contre le régime de Damas après la mort de quatre militaires turcs a causé la mort d'au moins six soldats syriens ce lundi dans le nord-ouest du pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Classement des retraits de permis: Genève bon élève
Plus...