Une ville factice, par crainte de la Russie

LituanieSur la défensive depuis l'annexion de la Crimée, Vilnius s'est créé une fausse jumelle pour l'entraînement militaire.

«Les nouvelles conditions d'entraînement aideront nos troupes à mieux défendre notre pays et à dissuader l'ennemi», a déclaré à la presse le ministre lituanien de la Défense Juozas Olekas. (Image d'archive)

«Les nouvelles conditions d'entraînement aideront nos troupes à mieux défendre notre pays et à dissuader l'ennemi», a déclaré à la presse le ministre lituanien de la Défense Juozas Olekas. (Image d'archive)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Lituanie a inauguré mardi une ville factice alors que toute la région craint la Russie. Le site servira de terrain d'entraînement militaire pour que son armée s'exerce à la guérilla urbaine.

La ville factice s'étend sur 15 hectares. Elle est dotée d'une école, d'un stade, d'un centre commercial, de 26 bâtiments de deux étages, d'une église et d'un commissariat de police.

«Les nouvelles conditions d'entraînement aideront nos troupes à mieux défendre notre pays et à dissuader l'ennemi», a déclaré à la presse le ministre lituanien de la Défense Juozas Olekas.

Sur la route d'accès, un panneau routier indique le nom de la ville: Vilnius. C'est aussi le nom de la capitale de ce pays balte de trois millions d'habitants, membre de l'UE et de l'Otan.

Budget défense augmenté

Il s'agit du premier terrain d'entraînement de ce type dans les pays baltes. Il sera également utilisé par les armées alliées à la Lituanie. Le coût des installations s'élève à cinq millions d'euros (5,5 millions de francs)

Plus grand des trois pays baltes - anciennes républiques soviétiques - la Lituanie augmente considérablement son budget défense depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. L'an prochain, ce budget doit s'élever à 725 millions d'euros, soit 1,79% du PIB.

Inquiète de la guerre qui se poursuit en Ukraine, Vilnius a instauré l'an dernier la conscription partielle. L'armée de métier de ce pays de trois millions d'habitants compte actuellement 8200 personnes. A cela s'ajoutent 2600 conscrits et 4600 réservistes.

La sécurité de ce pays, ainsi que de ses voisins baltes dépend toutefois de l'Otan. Lors du sommet de l'Alliance de Varsovie début juillet, l'Otan a décidé le déploiement de quatre bataillons multinationaux dans les pays baltes et en Pologne. Celui en Lituanie sera encadré par l'Allemagne. (ats/nxp)

Créé: 31.08.2016, 04h43

Articles en relation

Visite de Vladimir Poutine en Crimée

Russie Le président réunit le conseil de sécurité russe en Crimée après le regain de tension avec l'Ukraine. Plus...

Kiev accuse Moscou de fomenter des troubles

Diplomatie Les tensions autour de la Crimée inquiète la communauté internationale. La Russie a déployé des systèmes antimissiles sur la péninsule. Plus...

La tension monte autour de la Crimée

Russie/Ukraine Vladimir Poutine a annoncé jeudi un renforcement de la sécurité sur la péninsule. Petro Porochenko n'a pas manqué de réagir. Plus...

Poutine accuse Kiev de «passer à la terreur» en Crimée

Ukraine Selon Moscou, l'Ukraine aurait préparé des attaques visant des éléments cruciaux de l'infrastructure de la région. Kiev dément. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...