Passer au contenu principal

Viktor Orbán veut reconquérir la diaspora hongroise en la naturalisant

Le Fidesz de Viktor Orbán accorde la citoyenneté à tour de bras aux Magyars des pays riverains. Mardi, le millionième prêtera serment.

Viktor Orbán, premier ministre hongrois.
Viktor Orbán, premier ministre hongrois.
DR

C’est sous les ors du parlement néogothique qui domine le Danube à Budapest que le millionième nouveau citoyen hongrois prêtera serment le mardi 5 décembre. Sera-t-il issu du 1,3 million de Magyars de Transylvanie en Roumanie, des trois cent mille de Voïvodine en Serbie, des cent cinquante mille de Subcarpatie en Ukraine? Son identité ne sera révélée qu’au dernier moment. C’est un moine franciscain de Transylvanie du nom de Csaba Böjte qui avait eu l’honneur d’être le 500 000e naturalisé, quatre ans plus tôt.

Rejeté pendant près de huit ans dans l’opposition, Viktor Orbán avait promis de revenir au pouvoir pour «réunir la nation hongroise» et ainsi «réparer l’erreur historique de Trianon». En référence au traité qui avait démembré le royaume de Hongrie après la Première Guerre mondiale et jeté hors des nouvelles frontières de la «mère patrie» un tiers de sa population hongroise. C’est ainsi qu’au mois de mai 2010, avant même d’avoir formé son propre gouvernement, il fit voter à la quasi-unanimité une procédure simplifiée de naturalisation de ces Hongrois «d’outre-frontières». Seule la Slovaquie, où vivent un demi-million de Hongrois, répliqua à Budapest en interdisant à ses ressortissants l’accès à la double citoyenneté.

Accès à l’Espace Schengen

Ces «nouveaux Hongrois», ce sont des personnes de tous âges pour qui recevoir le passeport de la République de Hongrie revêt une portée symbolique très forte. Certaines n’ont pas la moindre intention de quitter leur pays, mais pour d'autres, c'est un précieux sésame pour l’Espace Schengen et l’Union européenne (seule la Roumanie adhère déjà à l’UE). Selon une enquête du principal site d’informations Index.hu, publiée en 2014, au plus fort de la guerre en Ukraine, des milliers de Russes et d’Ukrainiens, n’ayant de hongrois ni la langue ni l’ascendance, auraient d’ailleurs profité eux aussi de cette aubaine en soudoyant des fonctionnaires locaux.

Réservoir électoral

Ce million de personnes naturalisées présente un grand enjeu de politique intérieure, outre le fort levier émotionnel que constitue en Hongrie le sort des minorités hongroises du bassin des Carpates. En effet, les craintes des partis politiques de voir le parti conservateur et nationaliste au pouvoir accorder le droit de vote aux Hongrois de l’étranger se sont avérées fondées, le Fidesz faisant finalement sauter la condition de résidence en Hongrie qui prévalait jusque-là. On estime ainsi qu’en 2014, les 192 000 électeurs alors inscrits avaient permis au Fidesz de reconduire sur le fil sa «super-majorité» des deux tiers des députés. Le peu d’entre eux qui avaient pris part au scrutin, soit 63 000, avait voté à 95% en faveur du Fidesz, selon le journal Magyar Nemzet.

La Commission électorale a annoncé l’été dernier le nombre de 350 000 inscrits sur les listes électorales, mais le Fidesz espère en compter un demi-million d’ici aux élections législatives en avril… et que ces nouveaux citoyens se montreront reconnaissants dans les urnes.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.