Viktor Orban dénonce la «rébellion» des migrants

HongrieA partir du 15 septembre, une nouvelle législation sur l'immigration entrera en vigueur en Hongrie et les clandestins qui franchiront la frontière seront arrêtés.

Le premier ministre hongrois Viktor Orban.

Le premier ministre hongrois Viktor Orban. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les migrants qui franchiront illégalement la frontière entre la Serbie et la Hongrie à compter du 15 septembre seront arrêtés, a déclaré vendredi le premier ministre hongrois Viktor Orban. Il a dénoncé la «rébellion» des immigrés arrivés par milliers dans son pays.

«Etant donné que nous devons faire face à une rébellion de ces migrants illégaux, la police fait son travail de façon remarquable, sans faire usage de la force», a-t-il soutenu après une rencontre avec Manfred Weber, qui préside le groupe PPE (Parti populaire européen, droite) au Parlement de Strasbourg.

Les migrants, a ajouté Viktor Orban, «ont occupé des gares, refusé de se laisser prendre leurs empreintes digitales, n'ont pas voulu coopérer et refusent d'aller là où ils pourraient recevoir de la nourriture, de l'eau et des soins médicaux (...) Ils se sont rebellés contre l'ordre juridique hongrois.»

Nouvelle législation

A partir du 15 septembre, a-t-il averti, une nouvelle législation sur l'immigration entrera en vigueur et les clandestins qui franchiront la frontière seront arrêtés. Rien que pour la journée de jeudi, 3601 migrants ont été interpellés par la police à la frontière.

Le nombre de réfugiés en Hongrie, porte d'entrée dans l'espace communautaire européen via les Balkans, pourrait atteindre cette année 400'000 ou 500'000, selon le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto. Plus de 170'000 ont déjà été enregistrés.

Aider la Grèce

Viktor Orban a invité l'Union européenne à aider la Grèce, premier pays de l'UE où arrivent les migrants, dont un grand nombre fuient les conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan. «Il faut agir vite pour créer les bases légales du déploiement d'une force européenne aux frontières de la Grèce afin de faire appliquer la législation de l'UE», a-t-il dit.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a de son côté annoncé qu'il allait envoyer des structures préfabriquées pour loger 300 familles en Hongrie, avec l'accord de Budapest. Une aide humanitaire d'urgence pour 95'000 personnes va également être envoyée dans les pays de la région, Hongrie, Serbie, Macédoine et Grèce.

Le HCR a précisé qu'il suivait avec attention les travaux d'édification d'une clôture par la Hongrie le long de ses 175 km de frontière avec la Serbie, qui pourrait être achevée début octobre. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2015, 17h42

Articles en relation

Des migrants nourris de façon «inhumaine»

Hongrie Une vidéo filmée clandestinement à l'intérieur du plus grand camp de réfugiés en Hongrie montre les conditions dans lesquelles la nourriture est distribuée. Plus...

Détenus réquisitionnés pour achever la clôture

Hongrie Les autorités hongroises ont fait appel à des prisonniers pour terminer au plus vite la construction d'une barrière anti-migrants. Plus...

L'Autriche suspend ses liaisons avec la Hongrie

Migrants Les chemins de fer autrichiens font face à une «congestion massive» à cause de l'afflux de migrants voulant aller en Allemagne. Plus...

Des centaines de migrants forcent un cordon policier

Hongrie Des incidents distincts sont survenus ce mardi à la frontière avec la Serbie où des centaines de migrants ont forcé le cordon de police hongroise. Plus...

Galerie photo

Crise migratoire: les réfugiés tentent leur chance dans les Balkans   (oct.2015-avr.2016)

Crise migratoire: les réfugiés tentent leur chance dans les Balkans (oct.2015-avr.2016) Des milliers de réfugiés fuyant les conflits sanglants au Moyen-Orient traversent les Balkans cherchant abri dans l'Union européenne.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.