Le vice-Premier ministre turc n'est pas le bienvenu

Pays-BasTugrul Türkes devait assister à une commémoration du coup d'Etat manqué en Turquie en 2016, organisée par l'Union européenne des démocrates turcs, mais La Haye a mis son veto.

Le vice-Premier ministre turc, Tugrul Türkes (à droite) s'entretient avec le Premier ministre Binali Yildirim.

Le vice-Premier ministre turc, Tugrul Türkes (à droite) s'entretient avec le Premier ministre Binali Yildirim. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le vice-Premier ministre turc, Tugrul Türkes, qui comptait se rendre aux Pays-Bas mardi pour assister à une commémoration du coup d'Etat manqué en Turquie en 2016, n'est pas le bienvenu, a déclaré le gouvernement néerlandais vendredi.

«Etant donné les conditions actuelles des relations bilatérales entre nos deux pays, une visite du vice-Premier ministre ou d'un autre membre du gouvernement turc n'est pas souhaitable», a fait savoir dans un communiqué le gouvernement néerlandais.

Un an après le coup d'Etat en Turquie qui avait échoué à renverser le président Recep Tayyip Erdogan, une commémoration se tiendra aux Pays-Bas mardi, à Apeldoorn (centre), organisée par l'Union européenne des démocrates turcs, affiliée au parti d'Erdogan.

Brouille entre les deux pays

Cette annonce du gouvernement néerlandais, «une suite logique» des événements selon lui, annonce un nouvel épisode dans la crise diplomatique qui sévit entre les deux nations.

La situation s'était envenimée le 11 mars dernier, lorsque la ministre turque de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, avait été expulsée depuis Rotterdam vers l'Allemagne, d'où elle était arrivée par la route.

A Rotterdam, des heurts avaient éclaté à la suite de l'expulsion de la ministre. La police avait fini par disperser la foule à l'aide de chiens, de chevaux et de canons à eau. Les Pays-Bas, en pleine campagne électorale, avaient également interdit à l'avion du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu d'atterrir sur leur sol.

Les ministres turcs avaient prévu de se rendre aux Pays-Bas en vue de défendre auprès des expatriés le «oui» au référendum organisé en Turquie en avril sur le renforcement des pouvoirs présidentiels.

Le 12 mars, le président turc avait promis aux Pays-Bas de leur faire «payer le prix» de ces incidents. Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais a déclaré jeudi au micro de la radio publique BNR qu'il restait «incroyablement en colère envers la Turquie à cause du chaos causé». (afp/nxp)

Créé: 07.07.2017, 14h04

Articles en relation

La directrice d'Amnesty en Turquie arrêtée

Droits de l'homme Amnesty International dénonce jeudi l'arrestation de sa directrice pour la Turquie ainsi que d'autres militants des droits de l'Homme. Plus...

Ankara vire Darwin des manuels scolaires

Turquie La réforme du programme scolaire présentée par le chef du Conseil de l'Education suscite la colère en Turquie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.