Ventes d'armes dans le monde en hausse de 4,6%

RapportRuag, qui pointe au 95e rang, est la seule entreprise suisse à apparaître parmi les cent plus grands marchands d'armes.

Image d'illustration.

Image d'illustration.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les ventes d'armes ont augmenté de 4,6% dans le monde en 2018, dans un marché dominé par les États-Unis, selon un rapport publié lundi. Les 100 plus gros fabricants, dont le suisse Ruag, ont vendu pour 420 milliards de dollars (415,88 milliards de francs suisses) d'armes et de services.

En tête de peloton, l'industrie de l'armement américaine, dont la part s'élève à 59% du marché, représente un chiffre d'affaires de 246 milliards de dollars (243,59 milliards de francs), en hausse de 7,2% sur un an, détaille l'étude de l'Institut de recherche sur la paix internationale de Stockholm (Sipri).

«Sur un an, c'est une hausse significative considérant le niveau déjà très élevé des ventes d'armes américaines», insiste la directrice du programme des armements au Sipri, Aude Fleurant. Les entreprises américaines bénéficient de la stratégie de l'administration Trump qui veut moderniser sa défense pour renforcer sa position face à la Russie et la Chine.

D'ailleurs pour la première fois depuis 2002, les cinq premières places du classement sont détenues exclusivement par des entreprises d'armement basées aux États-Unis. A noter que depuis 2009, la première place est occupée par l'Américain Lockheed Martin (47,3 milliards de dollars soit 46,84 milliards de francs de revenus), dont les ventes représentent 11% des ventes d'armes dans le monde.

La Russie reste 2e

Loin derrière, la Russie, elle, se maintient à la deuxième place du classement des plus gros producteurs d'armes, avec 8,6% des parts de marché juste devant le Royaume-Uni (8,4%) et la France (5,5%). Les ventes d'armes combinées des 10 entreprises russes figurant dans le classement 2018 s'élèvent à 36,2 milliards de dollars (35,84 milliards de francs), soit une légère baisse de 0,4 % par rapport à 2017.

Almaz-Anteï, première entreprise russe du Top 100, se hisse au neuvième rang avec un chiffre d'affaires de 9,6 milliards de dollars ( 9,51 milliards de francs, 18% par rapport à 2017), une progression de 15 places depuis 2009.

«Cette augmentation s'explique non seulement par la vigueur de la demande nationale, mais aussi par la croissance continue de ventes d'armes à d'autres pays, en particulier les exportations du système de défense aérienne S-400», relève le rapport.

Ruag 95e

Côté européen, les 27 sociétés du continent répertoriées (huit basées en Grande-Bretagne, six en France, quatre en Allemagne, deux en Italie et une respectivement en Pologne, Espagne, Suède et Suisse), ont légèrement augmenté leurs ventes en 2018, pour atteindre 102 milliards de dollars (101 milliards de francs). Elles contrôlent ainsi un peu moins d'un quart du marché. Parmi elles figurent la seule entreprise suisse à apparaître parmi les cent plus grands marchands d'armes du monde, Ruag, qui pointe au 95e rang.

En Europe, il faut aussi compter sur deux entreprises intercontinentales, Airbus et MBDA, qui profitent d'une demande en hausse du fait «des conflits armés en cours et d'importantes tensions dans plusieurs régions», souligne Aude Fleurant.

L'étude ne prend pas en compte le cas de la Chine, pour laquelle les données disponibles sont insuffisantes, note le Sipri, qui estime pourtant que le pays pourrait compter entre trois et sept entreprises dans le Top 100. La Chine a consacré 1,9% de son PIB à la défense chaque année depuis 2013. (ats/nxp)

Créé: 09.12.2019, 01h30

Articles en relation

Les mines improvisées plus létales que jamais

Armement Un rapport publié à Genève par l'Observatoire des mines montre que les engins explosifs improvisés sont désormais responsables de plus d'une victime sur deux. Plus...

Viola Amherd fait la leçon à l’industrie d’armement

Nouveaux avions de combat La conseillère fédérale enjoint les entreprises à plus de transparence et à limiter leur appétit pour les compensations. Plus...

Première étape de la dissociation de RUAG

Suisse L'entreprise d'armement sera dissociée en deux sous-holdings, pour servir les intérêts de la défense nationale et pour les activités spatiales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève se prépare à affronter le coronavirus
Plus...