Un nouveau témoin dans le financement libyen

FranceLe «Journal du Dimanche» a recueilli un nouveau témoignage qui appuie la thèse d'un financement occulte de la campagne de Nicolas Sarkozy, «fantaisiste» selon l'avocat de l'ex-chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy avec l'ex-dirigeant libyen sur le perron de l'Elysée en 2007.

Nicolas Sarkozy avec l'ex-dirigeant libyen sur le perron de l'Elysée en 2007. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un ex-collaborateur de Ziad Takieddine affirme que l'homme d'affaires franco-libanais détenait, avant sa publication, la note controversée faisant état d'un financement libyen pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, au cœur d'une enquête judiciaire, rapporte le «Journal du Dimanche» (JDD).

Selon cet homme, El-Mahfoud Ladib, Ziad Takieddine gardait cette note dans une pochette, avec «cinq pages de papier à en-tête libyen, avec l'aigle et les bordures vertes», selon ses propos cités par le JDD.

«L'un de ces documents était celui qui a été publié après par Mediapart, où il était question de 50 millions pour Sarkozy» et «la cinquième feuille était vierge», ajoute-t-il. L'hebdomadaire, qui avance la thèse d'une «machination» contre l'ex-chef de l'Etat, dit avoir eu confirmation de ces propos par une autre source, dont l'identité n'est pas divulguée.

Ce document, daté du 10 décembre 2006 et adressé à l'ancien argentier du régime libyen, Bechir Saleh, avait été publié le 28 avril 2012 par Mediapart, entre les deux tours de la présidentielle.

Il affirmait que Tripoli avait accepté de financer pour «50 millions d'euros» la campagne de Nicolas Sarkozy.

«Un complot»

Sollicité par l'AFP, l'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, a annoncé qu'il écrirait «dès demain» au procureur de la République de Paris et au parquet national financier afin que El-Mahfoud Ladib soit auditionné.

Il a également dénoncé «un complot» ourdi en vue notamment de faire perdre la présidentielle de 2012 à son client.

«Ces informations sont totalement fausses. On peut se demander pourquoi elles n'ont pas été soumises à la justice plutôt que dans la presse. Il s'agit d'un témoignage fantaisiste parmi beaucoup d'autres dans ce dossier», a réagi auprès de l'AFP Me Elise Arfi, l'avocat de Ziad Takieddine.

Nicolas Sarkozy a toujours clamé que la note était un faux et porté plainte mais Mediapart a bénéficié d'un non-lieu à deux reprises, d'abord par les juges d'instruction puis par la cour d'appel.

Dans l'enquête sur les accusations de financement par l'ex-régime libyen de Kadhafi de sa campagne de 2007, l'ancien ministre et secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et Nicolas Sarkozy ont été mis en examen, notamment pour «corruption passive» et «recel de détournements de fonds publics». Cette procédure fait l'objet de recours devant la cour d'appel.

Ziad Takieddine, qui a affirmé avoir convoyé entre novembre 2006 et début 2007 «un total de cinq millions d'euros» dans des valises lors de trois voyages entre Tripoli et Paris, a été mis en examen pour «complicité de corruption et de trafic d'influence actifs et passifs». (afp/nxp)

Créé: 14.07.2019, 19h29

Articles en relation

Mallettes libyennes: Ziad Takieddine jugé fin 2019

France Le businessman franco-libanais est poursuivi en diffamation par Claude Guéant pour avoir affirmé avoir remis 5 millions d'euros d'argent libyen au camp de l'ex-président Nicolas Sarkozy. Plus...

Takieddine confirme ses accusations contre Sarkozy

Financement libyen L'homme d'affaires franco-libanais a été entendu par la police judiciaire de Paris. Celle-ci enquête sur le financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.