Un haut fonctionnaire abattu à Buenos Aires

ArgentineUn haut fonctionnaire argentin a été tué jeudi tandis qu'un député a été gravement blessé. Un homme a été arrêté.

La police sur les lieux du crime à Buenos Aires. (9 mai 2019)

La police sur les lieux du crime à Buenos Aires. (9 mai 2019) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un haut fonctionnaire argentin a été abattu de cinq balles jeudi près du Parlement à Buenos Aires. Lors de l'attaque, un député a été blessé, apparemment victime collatérale du crime.

Hector Olivares, député de l'Union civique radicale (UCR, majorité présidentielle), a été grièvement blessé et hospitalisé dans un hôpital de Buenos Aires, entre la vie et la mort. Il faisait sa marche matinale avec son ami Miguel Marcelo Yadon, qui a été mortellement touché par les deux tueurs qui l'attendaient dans une Volkswagen grise, garée sur la place du Congrès.

Quelques heures après l'attaque, un parent du propriétaire de cette voiture a été arrêté, selon des sources policières. «C'est un acte clairement mafieux», a dénoncé Gustavo Galvan, député UCR de la Rioja.

Miguel Yadon, 58 ans, et Hector Olivares, 61 ans, sont tous deux originaires de la province de la Rioja, dans le nord-ouest de l'Argentine. Ils partageaient un appartement dans le quartier du Congrès quand ils devaient être dans la capitale pour leurs activités professionnelles.

Le député épargné

L'attaque s'est produite à 07h00 (12h00 en Suisse) quand des tirs en provenance d'une voiture ont touché les deux hommes qui marchaient côte à côte, en survêtement, sur la place située à proximité du Congrès.

La ministre de la Sécurité publique Patricia Bullrich a révélé que la cible n'était pas le député, mais son ami et collaborateur. «L'objectif principal était Yadon», a-t-elle assuré lors d'une conférence de presse. Elle a écarté un mobile politique, à six mois de l'élection présidentielle du 27 octobre. «Nous ne voulons pas situer cet acte dans un cadre politique, mais le mobile est lié à la personne assassinée», a souligné la ministre.

Des images de vidéosurveillance montrent que les premiers coups de feu sont tirés depuis l'intérieur de la voiture. Miguel Yadon s'effondre. Touché lui aussi, le parlementaire parvient à se relever et à faire quelques pas pour s'éloigner de la scène du crime.

Les deux tireurs sortent de la berline grise, puis un d'eux fait à nouveau feu en direction de Yadon, toujours à terre. Le tueur voit que le député s'est éloigné mais baisse son arme et ne cherche pas à le supprimer, selon l'enregistrement vidéo.

«Etat critique»

Le directeur de l'hôpital Pablo Rossini a indiqué que le député était «dans un état critique», touché au foie, au côlon et au pancréas, et qu'il restait en soins intensifs avant une nouvelle opération. Un nouveau compte-rendu médical sera divulgué vendredi.

C'est un fait inédit en Argentine, qui survient au moment où commence la campagne électorale dans la perspective de la présidentielle du 27 octobre. Une dizaine de balles ont été tirées par les agresseurs. Le député a été atteint par trois balles.

Ingénieur de formation, Miguel Yadon était pour sa part depuis 2017 le coordinateur d'un fonds d'infrastructures électriques dans la province de la Rioja, fief de l'ex-président Carlos Menem. Une source proche de l'UCR a dit à l'AFP que la gestion de ce fonds pourrait être à l'origine du meurtre de Miguel Yadon. La classe politique s'est émue de l'attaque. (ats/nxp)

Créé: 10.05.2019, 03h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.