Un ex-gardien de camp nazi jugé en octobre

AllemagneUn nonagénaire sera jugé à partir du 17 octobre à Hambourg pour avoir contribué au meurtre de milliers de prisonniers lorsqu'il était gardien du camp de Stutthof en Pologne.

Le prévenu était gardien «entre août 1944 et avril 1945» du camp de Stutthof dans le nord de la Pologne, près de Gdansk.

Le prévenu était gardien «entre août 1944 et avril 1945» du camp de Stutthof dans le nord de la Pologne, près de Gdansk. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un ex-gardien SS d'un camp de concentration, âgé de 92 ans, comparaîtra en octobre devant la justice allemande pour complicité de milliers de meurtres durant la seconde guerre mondiale. Selon l'accusation, il a contribué aux meurtres de 5230 prisonniers.

«Le procès s'ouvrira le 17 octobre», a indiqué jeudi un porte-parole du tribunal de Hambourg, confirmant une information de «Die Welt». Les audiences seront restreintes à deux par semaine et à deux heures maximum chacune, en raison de l'état de santé précaire de l'accusé, selon le journal.

Le nonagénaire avait été mis en accusation par le parquet de Hambourg à la mi-avril pour avoir contribué aux meurtres de 5230 prisonniers, commis lorsqu'il était gardien «entre août 1944 et avril 1945» du camp de Stutthof dans le nord de la Pologne, près de Gdansk. Il avait 17 ans à l'époque.

Exterminés par balle ou Zyklon

La tâche de l'accusé consistait à «empêcher la fuite, la révolte ou la libération des prisonniers» juifs du camp condamnés à être exterminés d'une balle dans la nuque ou au pesticide Zyklon B (utilisé dans les chambres à gaz), selon l'accusation. De ce fait, il a été un «rouage dans la machinerie meurtrière en toute connaissance de cause», avait ajouté le parquet.

D'après «Die Welt», l'accusé avait reconnu auprès du procureur avoir à l'époque su ce qui se passait dans le camp concernant les chambres à gaz et les crémations des cadavres, mais avait expliqué ne pas pouvoir fuir sous peine d'être lui-même tué.

Environ 65'000 personnes sont décédées dans le camp de Stutthof, essentiellement des femmes juives des pays baltes et de Pologne. Ce camp a été intégré au système d'extermination des juifs en juin 1944. (ats/nxp)

Créé: 08.08.2019, 02h14

Articles en relation

La Pologne commémore l'Insurrection de Varsovie

Manifestations Entre hommages et divisions, les Polonais ont célébré jeudi les héros qui se sont soulevés contre l'occupant nazi dans la capitale il y a 75 ans. Plus...

Des néonazis voulaient attaquer des synagogues et des mosquées

France Un groupe néonazi, soupçonné de vouloir attaquer des lieux de culte juifs ou musulmans, a été démantelé en France. Plus...

Renaud Camus «n'assume plus» après un dessin nazi

Elections européennes L'écrivain d'extrême-droite français s'est désolidarisé de la liste qu'il conduit aux européennes après la diffusion d'une photo de sa co-listière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.